Jennifer Migneault prend soin de son mari, Claude Rainville, un ancien militaire atteint de stress post-traumatique. La Farnhamienne se bat pour obtenir plus d'aide du fédéral.

Stress post-traumatique des militaires: une Farnhamienne se bat pour de l'aide

Hypervigilance, méfiance, colère, dépression, épisodes de dépersonnalisation... Jour après jour, Jennifer Migneault doit composer avec les lourds symptômes que son mari combat depuis des années. L'ancien militaire souffre de stress post-traumatique, une condition qui gruge sa qualité de vie et celle de toute sa famille.
La Farnhamienne a pris la parole hier après-midi à Ottawa dans le cadre d'un point de presse du NPD réclamant du gouvernement fédéral une aide immédiate aux familles des militaires et des vétérans souffrant d'un stress post-traumatique.
Devant la récente vague de suicides au sein des Forces armées canadiennes, le parti demande aux conservateurs de reconnaître l'importance des proches dans le soutien aux militaires aux prises avec ce genre de problèmes de santé mentale.
Cri du coeur
À bout de ressources, Jennifer Migneault a décidé de briser le silence et de partir en croisade pour que le statut d'aidant naturel (et pas seulement les conjoints) soit dûment reconnu. Depuis décembre dernier, elle multiplie les tribunes pour livrer son message... ou plutôt son cri du coeur.
Tous les détails dans notre édition de mercredi