Francis Dorion et Robert Desmarais, respectivement directeur général adjoint et directeur général de la MRC Brome-Missisquoi, ont dévoilé la stratégie d’attractivité FaisLeMove, jeudi soir.

Stratégie FaisLeMove dans Brome-Missisquoi: sortir des sentiers battus

La campagne d’attractivité FaisLeMove pour les jeunes familles a été inaugurée jeudi au Bedford Lofts devant près de 300 personnes. Le premier épisode de la websérie du même nom a aussi été dévoilé, tout comme quelques éléments qui mettront Brome-Missisquoi « sur la mappe » des Montréalais de 18 à 40 ans.

« J’étais fébrile et nerveux. On est investi dans ce projet-là, confie Francis Dorion, directeur général adjoint de la MRC Brome-Missisquoi. Au-delà du travail qu’on fait, ça vient nous chercher personnellement parce qu’on devient émotif. On sait qu’une région en santé, une région forte, ça va rayonner sur tout le monde. Ce soir, je suis excessivement fier de la réponse des gens. »

Ça brasse dans Brome-Missisquoi, le titre du premier épisode, mettait en vedette les brasseurs de la région et Maude Lecours, l’une de celles à l’origine du projet de Faire danser un village. Non seulement il a été question de houblon, mais aussi de ce qui a incité ces brasseurs à choisir Brome-Missisquoi. Ils viennent donc à parler de viticulture et de vie culturelle. Les invités ont même dansé pour la caméra.

« On choisit des thèmes qui vont être accrocheurs pour les jeunes, souligne M. Dorion. Rien n’était prévu, les gens exprimaient ce qu’ils avaient dans leur cœur. Chaque épisode a une thématique qui nous amène ailleurs. On parlait de notre diversité, de notre originalité et de notre authenticité, c’est ça qu’on découvre à travers la campagne. »

Maude Lecours a aimé son expérience de tournage, qui se déroulait en matinée au Bedford Lofts. Son rôle était de faire danser les brasseurs et l’animateur, l’humoriste Michel Kunta. « Je suis arrivée en réalisant que j’allais faire danser ces gens-là qui jasaient doucement. Dès que j’ai commencé, l’énergie a changé et ils sont devenus très ouverts, pétillants et énergiques. »

Le message que porte le projet de Maude Lecours et Marie-Claude Lord est similaire à celui de la MRC. « On veut faire rayonner la région à travers la danse. Ça se complétait bien. »

Urbania dans le coup

Le magazine Urbania a aussi été mandaté pour permettre à la campagne de se faire un chemin jusqu’aux familles montréalaises.

« Les gens d’Urbania ont un langage, une couleur qui est très proche de notre clientèle cible. Ils ont plus de 130 000 personnes qui les suivent sur Facebook, 75 000 sur leur Twitter. Ils sont connectés, ils parlent de tout, ils n’ont pas de limite sur les sujets. C’est eux qui vont nous pousser dans la faune montréalaise. Il va y avoir un article associé à chaque épisode, en lien avec le thème, qui va mettre quelqu’un en valeur, un citoyen qui fait quelque chose de particulier, d’original qui rentre dans les couleurs d’Urbania. »

Les réseaux sociaux sont un élément important dans l’ensemble de la campagne. C’est d’ailleurs sur la page Facebook Brome-Missisquoi que sont publiés les épisodes de la websérie FaisLeMove.

Un portail web a d’ailleurs été lancé jeudi soir. On y retrouve les offres d’emplois dans la région, mais aussi des fiches descriptives sur les 21 municipalités. Toutes les municipalités ont leur propre logo et une recherche a été faite pour chacune d’entre elles afin de les mettre en valeur.

Brome-Missisquoi à Montréal

Outre la websérie et le site web (brome-missisquoi.ca), deux événements spéciaux sont prévus. Le 20 juin, Brome-Missisquoi s’invite à Montréal. « L’endroit est encore gardé secret, précise Francis Dorion. L’objectif est de faire découvrir l’authenticité de la région par ses gens, de manière un peu unique. Il y aura des activités, des conférences données par des gens de renom de la région. »

L’endroit mystère est bien connu des Montréalais, qui seront conviés à venir découvrir ce qui est proposé au sud de l’autoroute 10. L’organisation est encore en cours et la planification de la journée en élaboration.

Mais Montréal débarquera elle aussi dans Brome-Missisquoi. Un concours sera lancé et se déroulera tout au long de la stratégie FaisLeMove, qui doit s’achever au début septembre. Les gagnants pourront « participer à une expérience unique. Ce n’est pas quelque chose que tu peux faire normalement, comme d’aller au parc aquatique. On est en train d’élaborer quelque chose de vraiment particulier qui va se finir avec un grand festin extérieur, dans un endroit qu’on garde secret, encore une fois. »

Plusieurs volets

Une nouvelle campagne, celle-ci visant les immigrants, sera lancée après la fin de FaisLeMove.

Marie-Ève Arbour, fondatrice de la firme Visages régionaux, qui travaille étroitement avec la MRC, n’a encore jamais vu de région être aussi inventive et investie pour attirer de nouveaux travailleurs.

« C’est la seule région qui a bâti une stratégie qui touche autant les communications, le développement du milieu, les entreprises et une structure d’accueil qui va venir vraiment faciliter l’intégration des nouveaux arrivants dans la communauté. La stratégie globale se décline en trois grands volets avec plein d’objectifs. C’est la seule région qui est organisée de cette façon-là. Ils sont motivés et investis et c’est un endroit déjà attrayant. Il s’agit de mettre en lumière ce qu’il y a de beau et d’intéressant pour les jeunes. »

Les 21 municipalités mettront à leur tour l’épaule à la roue dans quelques semaines. Elles devront créer une dynamique pour que les jeunes familles se sentent accueillies et faire briller leur communauté. Visages régionaux travaillera notamment avec certaines municipalités pour déterminer ce qu’il leur manque.