Les initiatives recherchées dans le cadre du second appel d’offres doivent répondre à plusieurs critères, dont «valoriser et soutenir les mesures incitatives concernant les bonnes pratiques agroenvironnementales» de même que d’encourager la protection du territoire agricole. On recherche aussi des projets qui permettraient d’améliorer la compétitivité des entreprises et la mise en place de meilleures pratiques d’affaires.
Les initiatives recherchées dans le cadre du second appel d’offres doivent répondre à plusieurs critères, dont «valoriser et soutenir les mesures incitatives concernant les bonnes pratiques agroenvironnementales» de même que d’encourager la protection du territoire agricole. On recherche aussi des projets qui permettraient d’améliorer la compétitivité des entreprises et la mise en place de meilleures pratiques d’affaires.

Stratégie bioalimentaire de la Montérégie: soutenir l’agriculture régionale

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Neuf projets de la région se partageront 420 000 $ dans le cadre du tout premier appel de projets de la Stratégie bioalimentaire de la Montérégie. Du lot, six se situent sur le territoire desservi par La Voix de l’Est.

Le nouveau projet Alternative Aliment-Terre, qui vise à récupérer les légumes imparfaits et invendus des producteurs agricoles pour en faire profiter les ménages à faible revenu de Rouville et du Haut-Richelieu, obtient la plus importante subvention, avec une enveloppe de 76 354 $, octroyée via le Centre d’action bénévole La Seigneurie de Monnoir. L’initiative répond en effet aux objectifs de la stratégie, qui vise à améliorer l’accès aux aliments sains et locaux de même qu’à réduire les pertes des entreprises agricoles.

Le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie touchera pour sa part 75 000 $ pour son projet régional d’économie circulaire appliqué au secteur agroalimentaire, alors que la Ville de Bromont, pour son système alimentaire durable nommé Bromont, Ville Nourricière, obtiendra 68 778 $.

Pour la mise en place de brigades visant à rencontrer et former les travailleurs étrangers et leurs employeurs québécois à travers la région, la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie s’est vue octroyer un montant de 41 073 $.

Le centre de services scolaire du Val-des-Cerfs recevra quant à lui 40 263 $ pour développer un programme de formation professionnelle en abattage adaptée aux abattoirs de petite envergure.

Enfin, le marché public de Farnham obtiendra 32 000 $ pour rendre ses produits plus accessibles à la population.

Second appel de projets

Un nouvel appel de projets, dont les bourses totaliseront cette fois 300 000 $, est également ouvert depuis lundi.

Les initiatives recherchées doivent répondre à plusieurs critères, dont «valoriser et soutenir les mesures incitatives concernant les bonnes pratiques agroenvironnementales» de même que d’encourager la protection du territoire agricole. On recherche aussi des projets qui permettraient d’améliorer la compétitivité des entreprises et la mise en place de meilleures pratiques d’affaires.

Les candidatures seront acceptées jusqu’au 29 janvier 2021.

En tout, plus d’un million de dollars auront été distribués au terme de l’entente, qui s’échelonne sur trois ans.

Mettre en valeur les forêts montérégiennes

Une autre entente sectorielle a récemment été conclue, cette fois pour conserver et mettre en valeur le milieu forestier de la région. Encore là, 1,1 million de dollars seront investis dans moult projets qui répondront aux préoccupations régionales entourant les forêts, dont leur connectivité, leur diversité, leur adaptation aux changements climatiques, la présence d’espèces exotiques envahissantes, leur potentiel acéricole, l’agroforesterie, le transport de bois et l’approvisionnement en bois local des entreprises de transformation.

En tout, 26 actions concrètes ont été dégagées et inscrites à la planification stratégique découlant de cette concertation régionale. Une somme de 422 300 $ sera bientôt attribuée à leur réalisation.