«Si on contrôle le nombre de naissances, on limite les cas d'abandon et de maltraitance», résume Sylvie Jacob qui peine à prendre soin de tous les chats errants qu'elle trouve près de chez son domicile de Saint-Paul-d'Abbotsford.

Stérilisation des animaux de compagnie: des militants réclament l'action de Québec

Sylvie Jacob n'en peut plus de voir des gens venir abandonner leur chat au bout du rang où elle habite. «Je voudrais pouvoir tous les prendre en charge et les soigner, mais c'est impossible, ils sont beaucoup trop. Je n'ai pas assez d'argent et les vétérinaires ne font pas de cadeau. Personne ne veut s'occuper de ce problème-là», se désole-t-elle.
Exaspérée par la situation, la résidante de Saint-Paul-d'Abbotsford a organisé avec d'autres militants pour les droits des animaux une manifestation à Montréal ce matin pour réclamer aux municipalités et au gouvernement des campagnes publiques de stérilisation, seul moyen pour limiter le problème des chats errants, estime-t-elle. «Si on contrôle le nombre de naissances, on limite les cas d'abandon et de maltraitance», résume Mme Jacob.
Au moment du passage de La Voix de l'Est à son domicile hier, Mme Jacob s'affairait aux derniers préparatifs pour rallier autant de personnes que possible à la manifestation qui aura lieu devant l'hôtel de ville de la métropole. «Ça me tient énormément occupée, je ne ferme plus l'oeil la nuit en pensant à ces bêtes. J'en perds même mes mots», avoue-t-elle, visiblement émue. Une centaine de militants, dont plusieurs de la région, avaient confirmé leur présence.
Tous les détails dans notre édition de mardi