Statu quo imposé à des Hautes-Rivières

La commission scolaire des Hautes-Rivières ne pourra modifier les grilles horaire et matières de 33 de ses 36 écoles primaires à la prochaine rentrée, a statué la Cour supérieure.
Dans un jugement récent, la juge Claude Dallaire a suspendu la décision du conseil des commissaires qui modifiait le nombre de jours par cycle scolaire, la durée des périodes et le temps d'enseignement des matières dites « de spécialité » (anglais, arts plastiques, éducation physique et musique), indique la présidente du Syndicat de l'enseignement du Haut-Richelieu­, Jacinthe Côté.
« On est fort contents de la décision de la juge et on négocie présentement les modalités pour l'appliquer », dit Mme Côté, jointe par La Voix de l'Est.
En 2017-2018, les cours resteront donc de six périodes de 50 minutes chacune, sur un cycle scolaire de six jours, et le nombre d'heures d'enseignement des spécialités sera maintenu pour toutes les écoles primaires sauf celles de l'Acadie (Saint-Jean-sur-Richelieu­), Saint-Alexandre et Saint-Mathias, qui avaient accepté les modifications.
Celles-ci prévoient cinq périodes de 60 minutes sur un cycle de 10 jours et moins d'enseignement de spécialités. L'imposition de ces modifications a été une mesure vivement contestée, les conseils d'établissement de toutes les écoles ayant été forcés de les approuver.
Le juge Dallaire a accédé à la demande des parents et enseignants qui soutenaient que les conseils d'établissements ont le pouvoir de rejeter ces modifications. Le tribunal ne s'est toutefois pas prononcé sur le fond du litige. Les parties devront en débattre plus tard.