Les élèves du Collège Mont-Sacré-Coeur proviennent de 28 municipalités différentes. Comme l’école est située en zone orange, ce sont les mesures sanitaires de ce palier d’alerte qui sont en vigueur.
Les élèves du Collège Mont-Sacré-Coeur proviennent de 28 municipalités différentes. Comme l’école est située en zone orange, ce sont les mesures sanitaires de ce palier d’alerte qui sont en vigueur.

Statu quo dans les écoles de la région

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Malgré le basculement de la Montérégie en zone rouge, les écoles de Granby, situées en zone orange, qui accueillent des élèves de diverses municipalités, n’ont pas à adopter de mesures particulières. Du moins pour l’instant.

Les élèves du Collège Mont-Sacré-Coeur proviennent de 28 municipalités différentes, a indiqué en entrevue son directeur général, Claude Lacroix.

«On a bien sûr des élèves de Granby et des environs, mais on a aussi des élèves de Chambly, de Rougemont et de Saint-Hyacinthe, par exemple», illustre-t-il, trois municipalités qui étaient déjà ou qui sont en zone rouge depuis vendredi.

Vérification faite auprès de la direction de la santé publique, on permet que des élèves passent d’une zone rouge à orange lors d’un déplacement vers leur école, a-t-il tenu à souligner.

«L’école est considérée comme un service essentiel, alors les déplacements entre les différents paliers sont acceptés, précise le directeur, soulagé que pour l’instant ce basculement n’entraîne pas d’autres mesures. J’en suis bien heureux, car ça m’aurait mis très mal à l’aise de stigmatiser certains élèves en raison de leur lieu de résidence.»

Cela est valable autant dans les établissements privés de Granby et région que dans les institutions publiques des centres de services scolaires du Val-des-Cerfs et des Hautes-Rivières, a-t-on confirmé auprès de celles-ci.

Comme l’école est située en zone orange, ce sont les mesures sanitaires de ce palier d’alerte qui sont en vigueur, soit le maintien d’une distance entre les individus, le port du masque et les regroupements en fonction des «bulles-classe».

«S’il arrivait que des élèves provenant de zones rouge et orange devaient partager un même transport scolaire, ce sont les règles de la zone rouge qui seraient appliquées afin d’assurer la plus grande sécurité pour nos élèves», a pour sa part précisé Céline Falardeau, directrice du Service des affaires juridiques et des communications au centre de services scolaire des Hautes-Rivières.