Si certains citoyens militent pour une révision de la réglementation, le stationnement dans la rue demeure interdit à Granby du 15 novembre au 1er avril, entre 1h et 6h30, sauf dans certains stationnements publics du centre-ville.
Si certains citoyens militent pour une révision de la réglementation, le stationnement dans la rue demeure interdit à Granby du 15 novembre au 1er avril, entre 1h et 6h30, sauf dans certains stationnements publics du centre-ville.

Stationnement de nuit l’hiver: Pascal Bonin ouvert à l’idée d’un projet pilote

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Après s’être montré réfractaire à plusieurs reprises à modifier la réglementation pour permettre le stationnement de nuit l’hiver, le maire de Granby Pascal Bonin n’est pas opposé à l’idée, récemment lancée par des citoyens, de tenter l’expérience dans un district, dans le cadre d’un projet pilote.

« J’ai plus d’ouverture que j’en avais parce qu’on a plus d’outils technologiques qu’avant pour rejoindre les gens. Mais c’est aussi la première fois que c’est amené avec un projet pilote dans un quartier », a-t-il fait valoir en entrevue cette semaine pour expliquer sa nouvelle position sur la question.

La suggestion a été soumise par Martin Dufresne, lors de la récente séance du conseil municipal. Accompagné d’un de ses deux fils, Laurent Grothé-Dufresne, le Granbyen a déposé une pétition signée par près de 100 personnes en faveur du stationnement de nuit l’hiver.

« On sent vraiment qu’à Granby il y a un vouloir pour modifier le règlement qui existe actuellement. Il faudrait le revirer à l’envers en permettant le stationnement en tout temps, sauf s’il y a une opération de déneigement qui est décrétée la veille », a relevé M. Dufresne.

Selon lui, plusieurs outils informatiques permettent désormais d’aviser rapidement les citoyens, comme le service d’alerte citoyenne, dont s’est dotée la Ville à l’automne 2019. Des villes de taille comparable à Granby, telles Drummondville et Saint-Jean-sur-Richelieu, permettent le stationnement de nuit l’hiver, précise-t-il également.

« Je pense qu’on est prêts à passer à la version 2.0 du déneigement à Granby », a repris Martin Dufresne en assurant que les citoyens du district deux seraient « partants » pour tester une nouvelle formule durant l’hiver.

M. Dufresne dit devoir lui-même composer avec quatre voitures dans la cour de sa résidence, alors que ses deux fils, cégépiens, ont aussi chacun un véhicule. Une situation particulièrement problématique durant la saison froide.

Laurent Grothé-Dufresne et son père Martin Dufresne ont déposé une pétition en faveur d’une révision de la réglementation du stationnement de nuit l’hiver à Granby.

En 2021 ?

« Ça me plaît plus comme idée, une zone test pour voir ce que ça donne avant d’élargir ça (à l’ensemble de la ville) », a réagi le maire Bonin lors de la séance du conseil.

S’il a affirmé à cette occasion que le comité des travaux publics se penchera sur le plan de déneigement au cours des prochaines semaines, Pascal Bonin estime toutefois que les chances que le projet soit mis en oeuvre dès cet hiver sont plutôt minces.

« Les contrats de déneigement doivent déjà être rédigés. Je serais surpris d’être capable de le faire cette année. Mais reste que le projet peut être travaillé et amené au conseil l’année prochaine », avance le maire.

Le système d’alerte citoyenne mis en place offre une nouvelle façon de rejoindre les citoyens, reconnaît-il.

Pascal Bonin affirme toutefois demeurer préoccupé par les résultats à atteindre.

« Si c’est pour mettre une application pour mettre une application, j’ai de la misère avec ça. (...) Ce que je ne veux pas, et je l’ai souvent mentionné, c’est qu’on se mette à faire du towing, à donner des amendes et à attendre que les autos soient enlevées pour finalement faire moins de kilomètres, que la job soit moins bien faite et que les gens ne soient pas satisfaits en bout de ligne. C’est important que la qualité du service soit équivalente ou supérieure », calcule-t-il.

Pour l’heure, le stationnement dans la rue demeure interdit du 15 novembre au 1er avril, entre 1 h et 6 h 30, sauf dans certains stationnements publics du centre-ville. Pour ces derniers, les interdictions sont de 3 h 30 à 6 h 30.