Le maire de Granby, Pascal Bonin, affirme qu’aucun changement ne sera apporté au stationnement de nuit. Il continuera à être interdit l’hiver.

Stationnement de nuit l'hiver: encore le statu quo à Granby

L’idée fait plusieurs adeptes parmi les citoyens, mais elle ne séduit toujours pas l’administration municipale. Aucun changement ne sera apporté au stationnement de nuit en période hivernale, a affirmé le maire de Granby, Pascal Bonin.

Celui-ci a réitéré sa position sur le sujet lors de la dernière séance du conseil municipal, alors qu’un résidant de la rue Beaufort, Denis Demers, a profité de la période de questions pour inviter la Ville à imiter d’autres municipalités, comme Saint-Jean-sur-Richelieu, où le stationnement de nuit est permis dans les rues durant la saison froide, sauf lors des opérations de déneigement.

« J’ai de jeunes adultes qui habitent à la maison. Ils ont leur véhicule. Je suis obligé de jouer à Tetris dans ma cour chaque année à partir du 15 novembre », a fait valoir M. Demers.

Le sujet n’est pas nouveau à la table du conseil. Il a été abordé à quelques reprises l’an dernier. Et la position des élus n’a pas changé. Pas question de revoir les règles en la matière, affirme le maire, sauf pour un point.

Le conseiller municipal responsable des travaux publics, Éric Duchesneau, a proposé que l’interdiction de stationner dans la rue la nuit entre en vigueur à partir du 1er décembre au lieu du 15 novembre. Le sujet devrait être traité lors d’une prochaine séance par les élus, laisse savoir Pascal Bonin.

Bordel
Le maire Bonin continue à croire que permettre le stationnement de nuit l’hiver pourrait causer des situations problématiques, notamment lorsque les chutes de neige sont plus abondantes que prévu. L’avis, acheminé aux citoyens par le biais d’un message texte ou autre courriel, ne pourrait donc pas être toujours envoyé à temps. Ce qui entraînerait, estime-t-il, l’émission de constats d’infraction, le remorquage des voitures non déplacées et le ralentissement des opérations de déneigement.

« Je trouve qu’il y a beaucoup de négatif pour pas tant de problèmes que ça », a-t-il dit.

« Est-ce que c’est vraiment tout le monde qui veut ça ? Il y a des soirs où ça serait le bordel. Est-ce qu’il y a un si grand besoin que ça pour tout changer ? Et combien ça va coûter ? Ça marche comme ça à Granby [avec l’interdiction de stationner dans la rue] depuis longtemps et ça va bien. Il ne faut pas créer des problèmes où il n’y en a pas. »

Pascal Bonin affirme en outre que les maisons ont normalement un nombre suffisant de cases de stationnement. Selon lui, certains développeurs reprochent même à la Ville d’avoir des exigences trop élevées en matière de cases de stationnement. « On se fait reprocher ça, mais on maintient notre bout et le nombre de cases. C’est censé être suffisant dans les logements et les quartiers à Granby pour contenir ça », a-t-il plaidé.

À Bromont
L’an dernier, la ville de Bromont a pour sa part revu sa réglementation en matière de stationnement de nuit l’hiver. Il est dorénavant permis, sauf lors des opérations de déneigement. Les automobilistes doivent s’informer de ces opérations via le site de la Ville ou en téléchargeant gratuitement l’application B-CITI.

L’expérience a été très concluante et sera réitérée cet hiver, rapporte la directrice des communications à la Ville, Catherine Page. Près de 200 personnes se sont inscrites pour recevoir des notifications. Le stationnement a été interdit à environ 15 reprises sur une période de 90 jours l’hiver dernier.