«Même avec des technologies modernes, des risques existent. Ça inquiète nos citoyens. Nous les avons entendus. Il n'y aura pas de chargement de ce pétrole ici», soutient le maire de South Portland, Gerard Jalbert en entrevue à La Voix de l'Est.

South Portland ferme la porte à Pipe-Line Montréal

Transporter au Maine du pétrole des sables bitumineux en passant par les oléoducs de Pipe-Line Montréal (PLM) dans les Cantons-de-l'Est sera difficile. La Ville de South Portland vient d'approuver un changement de zonage prohibant ce type de pétrole dans ses installations portuaires.
Dans une décision de six voix contre une, les membres du conseil municipal de la petite communauté de 25 215habitants ont porté un dur coup lundi soir au projet de PLM d'exporter vers le Maine du pétrole des sables bitumineux. Pour faire approuver leur nouvelle réglementation, les élus ont invoqué les effets de ce pétrole sur la qualité de l'air.
Le pétrole des sables bitumineux est très concentré, souligne Gerard Jalbert, maire de South Portland. Des produits chimiques y sont mêlés pour le diluer afin de s'assurer qu'il circule bien dans les oléoducs, dit-il. Or, ce mélange peut polluer l'air, a-t-il affirmé hier après-midi en entrevue à La Voix de l'Est. «Même avec des technologies modernes, des risques existent. Ça inquiète nos citoyens. Nous les avons entendus. Il n'y aura pas de chargement de ce pétrole ici.»
Les municipalités du Maine jouissent de «certains pouvoirs spéciaux» en matière environnementale, note le maire. South Portland s'en est prévalu pour protéger sa population, a-t-il dit.
Tous les détails dans notre édition de mercredi