Les ateliers de travail donnent un sentiment d’accomplissement aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, en plus de leur offrir un temps de socialisation.
Les ateliers de travail donnent un sentiment d’accomplissement aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, en plus de leur offrir un temps de socialisation.

Soutenir l’activité des adultes vulnérables

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
L’Association de Granby pour la déficience intellectuelle et l’autisme (AGDIA) met sur pied sa première campagne de financement participatif afin de garder en forme et actives les personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Les fonds recueillis permettront, entre autres, de mettre sur pied des ateliers de travail et des activités de mise en forme pour briser l’isolement que vivent certaines personnes vulnérables, particulièrement en ce contexte de pandémie.

« Présentement, ces personnes se trouvent oubliées, seules à la maison. Beaucoup vivent une grande anxiété et de graves dépressions, en plus de malaises physiques dus à l’immobilité. Ça prend la communauté pour les aider, ils doivent demeurer actifs pour contribuer à la société », mentionne Diane Dumont, directrice générale de l’AGDIA.

L’association lance ainsi le programme PASTEL (Programme pour l’Autonomie, les habiletés Sociales, les techniques de Travail, Entraînement et accès aux Loisirs). L’objectif financier de cette campagne qui s’étire du 11 novembre au 16 décembre est d’amasser 15 000 $, qui, s’il est atteint, sera bonifié d’un montant équivalent par le fonds Mille et Un pour la jeunesse.

Travail et loisirs

Les participants aux ateliers de travail sont principalement des personnes ayant une contrainte sévère à l’emploi. De ce fait, contribuer à la fabrication d’objets divers leur procure un sentiment d’accomplissement et d’utilité non négligeable, en plus de leur offrir un temps de socialisation et de vie de groupe, amène Mme Dumont.


« Ces personnes doivent demeurer actifs pour contribuer à la société. »
Diane Dumont, DG de l’Association de Granby pour la déficience intellectuelle et l’autisme

Marches, yoga, patin à glace sont également autant d’activités auxquelles ils s’adonnent, afin d’inclure dans leur quotidien des saines habitudes de vie et ainsi diminuer le surpoids et autres problèmes de santé.

Elle indique que l’organisme souhaite « combler le manque de services à l’endroit des adultes qui vivent avec une déficience intellectuelle ou un TSA. PASTEL leur permettra d’avoir une vie active, de se développer à leur plein potentiel, être fiers de travailler et sentir qu’ils ont une place dans notre société ».

Chaussettes « funky »

La campagne de financement participatif, via le site La Ruche - Estrie, permettra à l’Association d’acquérir des outils et de l’équipement de sécurité pour les ateliers de travail, comme des pinces, des gants, des lunettes de sécurité ou des étagères, en plus de payer les inscriptions pour des activités complémentaires telles que piscine, yoga, pilates, temps de patinoire, etc.

Huit niveaux de contribution sont possibles, allant de 30 $ à 5000 $, qui permettront notamment de parrainer des personnes pour une journée d’activités ou pour leur premier abonnement d’une année dans des disciplines sportives.

Pour 30 $, le contributeur obtient trois paires de chaussettes « funky ».

« Pour 30 $, tu obtiens trois paires de chaussettes “funky”, et plus le montant est élevé, plus tu obtiens des avantages, explique la directrice générale. Évidemment, les gens sont invités à donner le montant de leur choix, en échange d’un reçu pour dons. Ce financement est très important pour permettre aux personnes vulnérables d’avoir une vie active. »

Il est possible de donner à l’Association de Granby pour la déficience intellectuelle et l’autisme, fondée il y a 50 ans, via le site www.laruchequebec.com/pastel.