Les portes des établissements culturels, dont le Palace de Granby, fermeront de nouveau.
Les portes des établissements culturels, dont le Palace de Granby, fermeront de nouveau.

Sorties culturelles : à la prochaine fois...

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Basculer en zone rouge, c’est faire une croix sur la fréquentation des salles de spectacle, des cinémas, des bibliothèques, des théâtres et des musées. Un (autre) passage obligé, tant pour les amateurs de culture que pour les établissements.

«On n’a pas le choix de rester zen, car on ne contrôle pas grand-chose en ce moment, fait remarquer le directeur général de la Maison de la culture de Waterloo, Frédéric Messier. Ce qui est certain, c’est que tant qu’on sera en zone rouge, il ne sera pas possible pour nous de tenir des événements.»

Selon lui, les trois spectacles — Matiu, Colin Moore et Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques — prévus en novembre seront donc annulés ou reportés.

La situation est d’autant plus fâcheuse que les spectacles de l’automne avaient connu un franc succès, affirme M. Messier. «Avec la formule cabaret, on pouvait créer une atmosphère presque normale, car tous les sièges de la salle étaient occupés. Et on sentait que les gens étaient heureux d’assister enfin à un spectacle.»

Au Palace de Granby, les prestations d’Amos J et d’Arnaud Soly, à l’affiche cette semaine, sont tout simplement annulées. Et ce sera aussi le cas pour celui de Laurence Jalbert, prévu le 21 novembre.

«On le voyait un peu venir. Presque tout le Québec était en zone rouge, sauf nous... Ce n’est pas vraiment une surprise, glisse Dany Giard, le directeur communication et marketing de la salle. C’était déjà un défi de présenter des spectacles en zone orange, mais on le faisait. Ça faisait tellement de bien aux gens. C’est dommage de devoir fermer encore. On a tous hâte que les choses reviennent à la normale.»

Heureusement, ajoute-t-il, tous les artistes au programme devraient être dédommagés grâce au Conseil des arts et des lettres du Québec. «Et les clients seront remboursés. Nous communiquerons avec eux.»

Par ailleurs, la billetterie du Palace demeure ouverte pour répondre aux questions du public.

Proactifs

Bien qu’il comprenne la situation, Frédéric Messier souligne que tout serait plus facile si les salles connaissaient la date de sortie de la zone d’alerte maximale. Mardi, François Legault évoquait le 23 novembre... dans le meilleur des cas.

«Ça nous permettrait de nous projeter un peu dans l’avenir, parce qu’on a l’intention de lancer une programmation au retour des Fêtes. Il faut rester optimiste et proactifs.»