Pierre Larivière, secrétaire-trésorier de la Fondation Santé Daigneault-Gauthier, Sophie Courchesne, chef d’unité au CHSLD d’Acton, Dr Luc LaBrèque, président d’honneur de la campagne de financement, Manon Fleury du CISSS-ME (programme SAPA) et le Dr Marc Gallant, président de la Fondation.

Soins palliatifs au CHSLD d'Acton: confort et dignité au cœur d’un projet

Grâce à l’apport financier de la Fondation Santé Daigneault-Gauthier, le Centre d’hébergement de la MRC d’Acton pourra rénover entièrement sa chambre de soins palliatifs, en plus de se doter d’équipements mobiles permettant aussi aux personnes en fin de vie hébergées dans le CHSLD de rester avec leurs proches. Le projet global nécessite un investissement d’environ 50 000$. Les travaux seront lancés l’automne prochain.

Au cours des huit dernières années, la Fondation Santé Daigneault-Gauthier a soutenu financièrement le CLSC et le CHSLD d’Acton à hauteur de plus de 400 000$. L’organisation poursuit sur sa lancée en 2019 en appuyant le projet «Confort et dignité en fin de vie.» L’initiative, dont le budget est estimé à 25 000$, consiste principalement à refaire de A à Z la chambre de soins palliatifs du centre d’hébergement en y incorporant du mobilier neuf. 

Cela permettra notamment aux familles de passer la nuit avec les gens admis, a mentionné jeudi en point de presse le Dr Marc Gallant, médecin de famille à Acton depuis dix ans et président de la Fondation Santé Daigneault-Gauthier. 

L’acquisition d’unités mobiles, au coût de 25 000$, permettra aussi aux résidents en fin de vie de demeurer dans leur chambre. «C’est un projet très mobilisateur pour la communauté. Fait par et pour les gens d’ici», a fait valoir en entrevue Pierre Larivière, secrétaire-trésorier de la Fondation.

Concernant les soins palliatifs, la Fondation a contribué à équiper le CHSLD de 74 places de pompes spécialisées pour donner la médication en continu aux résidents. Ces équipements permettent entre autres d’améliorer le confort des patients et l’efficacité du traitement, a indiqué Sophie Courchesne, chef d’unité au centre d’hébergement.

On voit ici une esquisse du projet de réaménagement de la chambre de soins palliatifs.

Campagne de financement

Cette année, la Fondation monte la barre et compte recueillir 75 000$. Une campagne de financement vient d’ailleurs d’être lancée. La collecte de fonds s’articule autour d’une série d’événements. Le défi cycliste en fait partie. Trois parcours sont au programme le 9 juin: 20, 50 et 100 km. Le départ et l’arrivée auront lieu au parc Donald-Martin.

La présidence d’honneur de la campagne de financement a été confiée au Dr Luc LaBrèque, retraité depuis peu. Fonction qu’il a acceptée sans hésiter. 

«J’avais une très bonne idée de la Fondation Daigneault-Gauthier. Je savais qu’il y avait eu des sommes investies dans les équipements qui permettent aux patients de ne pas s’expatrier. [...] Mais j’avoue que je ne connaissais pas toute l’ampleur du financement apporté par la Fondation. Quand j’ai su que je parrainais le défi et la chambre de fin de vie, ça m’a accroché», a indiqué celui qui, au cours de sa carrière, a accompagné plusieurs personnes en fin de vie au centre d’hébergement. 

Les travaux dans la chambre de soins palliatifs sont incontournables en raison de sa «désuétude», a souligné le Dr LaBrèque. «Un peu plus d’espace, de chaleur, a dit le président d’honneur. Je pense que c’est un projet qui touchera beaucoup de gens, de familles à travers la MRC.»