Sophie Foisy, directrice générale de la Société Alzheimer de Granby et région, invite la population au 16e colloque annuel de l’organisme. Il y sera question de la conciliation entre la proche aidance et le travail, une réalité de plus en plus importante.

Société Alzheimer de Granby: l'art de concilier la proche aidance et le travail

Comment concilier travail et proche aidance ? C’est sur cette question que se penchera le prochain colloque de la Société Alzheimer de Granby et région, le 4 octobre.

« Habituellement, le colloque se concentre plus sur la maladie ou la réalité des proches aidants. Avec le 35e anniversaire de l’organisme, on voulait que la population, en plus, vienne chercher de l’information », explique Sophie Foisy, directrice générale de la Société Alzheimer Granby et région.

L’organisation a choisi de se pencher particulièrement sur la génération « sandwich », c’est-à-dire les proches aidants qui travaillent et qui doivent s’occuper de leurs enfants en plus d’un parent.

« C’est une réalité qu’on voit de plus en plus à l’intérieur de nos services, observe-t-elle. Les proches aidants sont plus jeunes et sont sur le marché du travail. Ils doivent concilier le tout. »

En constante croissance

Les employeurs sont invités à participer au colloque afin de comprendre la réalité de certains de leurs employés, mais aussi pour les sensibiliser à un futur qui risque de les toucher de plus en plus.

Les statistiques dénombrent 1,1 million de Canadiens et Canadiennes qui sont directement ou indirectement touchés par la maladie de l’Alzheimer, qu’ils en soient atteints ou qu’ils soient proche aidant. De ce nombre, 564 000 personnes ont le diagnostic de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée au Canada, dont 16 000 ont moins de 65 ans. Dans les quinze prochaines années, le nombre de personnes atteintes grimpera à 937 000, fait savoir Mme Foisy, en raison du vieillissement de la population.

Les proches aidants pourront aller au colloque en étant accompagnés de la personne qu’ils aident puisqu’un service de répit est offert sur place gratuitement.

De 8 h 30 à 15 h, des conférences seront offertes, à commencer par celle de Patsy Clapperton, psychologue organisationnelle, qui abordera la question de la génération sandwich et de la façon de trouver un équilibre.

En après-midi, Joanie Lacroix parlera de son expérience et de la façon dont on peut rebondir après les épreuves. Elle-même a perdu ses deux enfants et est maintenant proche aidante pour son père. La perte d’un être cher qui a l’Azheimer est un deuil au quotidien, souligne Sophie Foisy.

Une inscription — 45 $ pour les membres de la Société Alzheimer de Granby et région et 75 $ pour les non-membres — auprès de l’organisme est nécessaire d’ici le 20 septembre.