Ce bâtiment du chemin de la Grande-Ligne, à Frelighsburg, fait partie des lieux incendiés par Jonathan Grondin Bastille et James Hobbs Happyjack en décembre 2019.
Ce bâtiment du chemin de la Grande-Ligne, à Frelighsburg, fait partie des lieux incendiés par Jonathan Grondin Bastille et James Hobbs Happyjack en décembre 2019.

Six incendies criminels en une seule nuit: une juge refuse la peine suggérée par les avocats

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Une juge de la Cour du Québec a refusé, mercredi, d’entériner la suggestion de peine faite conjointement par les avocats de la poursuite et de la défense dans la cause de Jonathan Grondin Bastille qui avait allumé six incendies criminels en une seule nuit.

Tout était en place pour que l’homme de 25 ans de Cowansville, en Montérégie, se fasse imposer une sentence de deux ans de prison assortie d’une ordonnance de dédommagement de 100 000 $ pour ses crimes.

Avec un complice, il avait allumé six incendies dans autant de bâtiments agricoles et d’habitation de la région de Brome-Missisquoi, plus précisément à Dunham, Frelighsburg et Saint-Armand, le 30 décembre dernier. Selon la Couronne, les dommages encourus s’élèvent à 621 980 $.

«C’est trop clément», a toutefois rétorqué la juge Julie Beauchesne, siégeant au palais de justice de Granby, au sujet de la suggestion commune. «Je suis en total désaccord.»

Hormis la peine proposée, le tribunal n’a aucune garantie que l’accusé s’acquittera du dédommagement envisagé compte tenu de ses moyens limités, a-t-elle ajouté. «Je ne vois pas comment il pourrait rembourser ça. C’est un voeu pieux.»

Les parties ont fait valoir que leur proposition respectait la jurisprudence, mais la magistrate n’a pas cédé. Elle a reporté le dossier en octobre. À ce moment, les avocats devront préciser leurs arguments, présenter les déclarations des victimes et détailler les dommages subis.

«Parce que là, on a écourté le débat sur les pertes réelles. Ce n’est pas anodin», a dit la juge Beauchesne.

À LIRE AUSSI: Série d’incendies criminels dans Brome-Missisquoi [VIDÉO]

M. Grondin Bastille fera également l’objet d’une évaluation avant-sentence visant à cerner sa personnalité. «Je veux mieux le connaître et entendre d’autres motifs», a noté la juge Beauchesne.

Cavale

Fortement intoxiqués, l’accusé et son complice, James Hobbs Happyjack, ont allumé une demi-douzaine d’incendies «pour le plaisir» cette nuit-là en utilisant un briquet et à l’occasion du foin et de l’essence, a mentionné Me Cassandre Hamel, du ministère public.

Ils arpentaient d’abord l’intérieur des lieux afin de s’assurer qu’il n’y avait personne, a dit Me Nicolas Cossette, à la défense. Le duo est également revenu sur les lieux de ses crimes par la suite et avait demandé à des pompiers «s’il y avait des morts». Alertée par ces derniers, la SQ a arrêté les incendiaires quelques minutes plus tard.

Rencontré dans le couloir du palais de justice, Hubert Valcke, qui était propriétaire du dernier bâtiment incendié, une grange convertie en résidence située chemin de la Grande-Ligne, à Frelighsburg, dit avoir subi pour 275 000 $ de dommages.

Sa propriété contenait des meubles, une bibliothèque, une caravane et plusieurs effets personnels. «Ça a pris une journée et demie pour tout éteindre, a-t-il dit. Tout était perte totale.» Il n’y habitait pas au moment du sinistre.

Malgré son jeune âge, M. Grondin Bastille a de nombreux antécédents criminels, dont voies de fait, méfaits, vol, recel, production de drogue, complot, introduction par effraction et possession d’outils de cambriolage.

Il fait aussi l’objet d’accusations d’introduction par effraction et de non-respect de ses conditions de libération conditionnelle dans le présent dossier, ayant consommé de la drogue alors qu’il avait été envoyé en maison de thérapie. C’est pourquoi il est présentement détenu.

Quant à son complice, il doit revenir devant la cour en septembre afin de, là aussi, recevoir sa sentence.