Six entreprises sont sorties gagnantes du projet RÉKEAU. Sur la photo: Distributions J. Des-Serres de Granby, représentée par Benjamin Anctil (à gauche), et Teledyne Dalsa Semiconducteur de Bromont, représentée par Moncef Lechekhab.

Six entreprises se démarquent au concours RÉKEAU

Lancé au printemps 2018, le projet RÉKEAU de l’Organisme de bassin versant de la Yamaska a récompensé les initiatives de six entreprises, jeudi à l’hôtel Saint-Christophe.

« On a créé un outil pour aider les entreprises à réduire leur consommation d’eau et le concours, c’était le lancement de l’outil. On voulait lui donner une bonne visibilité, indique la chargée du projet, Lou Paris. RÉKEAU fait référence au mot RÉSEAU, parce que le but également était de créer un réseau d’entreprises et de partenaires. »

Les entreprises devaient démontrer une volonté de réduire leur consommation d’eau et d’enrayer le plus possible la contamination, à court ou moyen terme.

Marjorie Légaré, au nom de la coopérative Desjardins, a exprimé sa fierté d’avoir contribué au projet à hauteur de 75 000 $. « Nous voulons militer pour l’environnement, et pour les générations futures. », a-t-elle laissé tomber.

Outil

L’outil RÉKEAU consistait en un questionnaire de 26 questions demandant, par exemple, si l’entreprise avait un coordonnateur de l’environnement, ou encore quelles mesures avaient-ils l’intention de prendre.

« Présentement, les outils que les entreprises ont, c’est des guides très épais avec des listes de solutions, et elles ne se sentent pas concernées spécifiquement par certaines choses, comme par exemple l’installation de toilettes écoresponsables. Le but de ça était donc de vraiment s’en tenir à l’essentiel, à ce qui était applicable pour l’entreprise. Puis, c’était trié selon un laps de temps, par exemple, elles peuvent se dire “oui, c’est faisable l’an prochain” », précise Lou Paris.

Lou Paris, chargée de projet à l’Organisme de Bassin Versant de la Yamaska

Prix

Ainsi, deux prix en argent ont été remis aux entreprises Meunerie Saint-Hugues Inc. (200 $) et GE Aviation de Bromont (600 $).

« On espère, évidemment, que ces montants serviront encore à réduire la consommation d’eau ! », mentionne Mme Paris.

De plus, Imprimerie CIC, de Saint-Pie, a gagné une consultation gratuite auprès de Techsolutions RJ Inc. L’entreprise Teledyne Dalsa Semiconducteur, de Bromont, a quant à elle gagné une consultation gratuite auprès de Éconeau Inc., et Super Décapant - Distributions J. Des-Serres, de Granby, a remporté sa consultation auprès de Avizo Experts-Conseils.

Mentionnons que l’entreprise Norbec Architectural Inc. a décliné son prix, affirmant qu’elle ne prenait action que pour la cause. Finalement, Les Fermes Burnbrae ont mérité une reconnaissance par la municipalité d’Upton et son maire, Guy Lapointe.

L’eau porteuse de vie

Couvrant 91 municipalités, 12 MRC, 3 régions administratives et une population de 260 000 personnes, l’OBV de la Yamaska est une table de concertation regroupant les différents intervenants du milieu afin de faire une gestion durable et intégrée de l’eau du bassin versant. L’OBV veut protéger l’eau, « que ce soit pour la baignade, la consommation, la faune la flore », résume Mme Paris.

« On veut essayer de mobiliser tout le monde, même les petits canards ! On veut s’assurer que la ressource en eau du bassin versant soit accessible et de qualité acceptable pour les utilisateurs. »

Lorsqu’on demande ce qui motive Lou Paris à oeuvrer pour l’organisme, elle insiste sur le côté « sur le terrain ». « C’est très concret. La Yamaska a la réputation d’être la plus polluée du Québec, en terme de son volume d’eau, alors c’est un terrain de jeu où il y a énormément de choses à faire. Sa réputation est assurément la pire. »

Celle qui détient une maîtrise en sciences de l’eau avec une spécialité en écotoxicologie rappelle à quel point « les contaminants dans l’environnement, c’est vraiment d’actualité. On en trouve de plus en plus en terme de quantité, mais également en terme de sortes différentes », souligne-t-elle.