Florencia Saravia et Pierre-Luc Benoit ont élaboré le projet La Ville vue par les jeunes au Carrefour jeunesse emploi des Cantons de l’Est.

S’exprimer par la photo

Quel regard les jeunes posent-ils sur leur ville? Quels en sont les points forts, les points faibles? Le Carrefour jeunesse emploi (CJE) des Cantons de l’Est invite les jeunes résidants de la région de Brome-Missisquoi à s’exprimer, appareil photo en main, dans le cadre du projet «La Ville vue par les jeunes».

« Ça s’inscrit dans le cadre d’un programme de volontariat et d’implication citoyenne jeunesse pour les 18 à 29 ans. [...] Parfois, les jeunes ne sont pas nécessairement fiers de leur milieu de vie. Et ils se sentent impuissants à améliorer les choses. Je voulais leur donner une voix pour qu’ils puissent nous dire ce qu’ils aiment en 2019 et ce qu’ils aimeraient améliorer », explique la conseillère en développement de projets au CJE, Florencia Saravia.

Et cette voix, c’est principalement par le biais de photographies qu’elle sera appelée à s’exprimer. La dizaine de participants du projet sera encadrée par l’équipe de la Caravane du bonheur, un organisme sans but lucratif qui réalise des projets de photos à des fins sociales et artistiques. Le matériel photographique sera fourni aux jeunes. 

Les photographies — deux par participant — issues de cet exercice seront en outre exposées cet été à la bibliothèque municipale de Cowansville, souligne Florencia Saravia. 

Ateliers

« On souhaite susciter une réflexion. Il y a des choses qu’on peut aimer et d’autres pas. Mais on peut aussi proposer des choses pour ce qu’on n’aime pas et, de cette façon, devenir des citoyens impliqués dans notre communauté », souligne la conseillère au CJE qui œuvre sur ce projet avec Pierre-Luc Benoit, conseiller socioprofessionnel.

Les participants seront conviés à participer à un atelier d’urbanisme et à un autre de photographie avant de partir à la chasse aux images les 11 et 12 mars prochains.

Le résultat de « La Ville vue par les jeunes » sera, entre autres, présenté aux élus. Un lien indirect sera ainsi fait avec l’ambitieuse campagne d’attraction qui est en cours d’élaboration dans la région de Brome-Missisquoi. Celle-ci souhaite attirer 10 000 travailleurs en 10 ans. 

« On voudrait peut-être inviter à nos ateliers l’urbaniste de la ville de Cowansville, ou ceux des villes d’où les jeunes proviendront, pour créer un pont entre les instances décisionnelles, les instances de consultation et les jeunes », souligne Florencia Saravia.