Un arrêt s’impose près du marais pour y observer les oiseaux.
Un arrêt s’impose près du marais pour y observer les oiseaux.

S'évader dans des réserves naturelles [GALERIE PHOTOS]

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
La pandémie ne permet pas aux Québécois de s’évader à l’étranger. Nombreux sont ceux et celles qui se sont tournés vers les sports de plein air pour profiter de leurs vacances estivales. Adeptes de plein air, les journalistes Cynthia Laflamme et Karine Blanchard vous proposent des sentiers à découvrir — ou redécouvrir — aux quatre coins de la région, en randonnée, à la course, ou en vélo de montagne. Cette semaine, suivez le guide dans des réserves naturelles de Shefford ! 

S’évader au cœur de la forêt dans des réserves naturelles. Voilà ce que proposent les parcs Jean-Paul Forand et des Montagnards situés à Shefford.

Accessible par le chemin Picard ou la rue Chenail, le parc écologique Jean-Paul Forand nous amène en fond de vallée. La forêt mature regorge de magnifiques arbres. En foulant le sol, on a l’impression que les sentiers sont recouverts d’un tapis, rendant nos pas silencieux.

Plusieurs sentiers s’offrent à ceux et celles qui veulent « faire une randonnée qui ne nous met pas en sueur, mais pour prendre un bon bol d’air. C’est plus une promenade dans le parc, tranquille, pour promener le chien ou y aller avec les enfants », affirme Albert Lemmel, membre du conseil d’administration de Conservation Espace Nature Shefford (CENS) et responsable des patrouilleurs qui parcourent les deux parcs.

Le parc Jean-Paul Forand à Shefford

Il suffit de fouler le sol sur quelques mètres pour se retrouver près d’une cascade d’eau d’environ deux mètres, un endroit « bucolique », illustre M. Lemmel. « Au printemps, à la fonte des neiges, c’est impressionnant », ajoute-t-il.

Des boucles qui totalisent un peu plus de six kilomètres qui vous feront découvrir différents secteurs du parc dont la forme ressemble à celle d’un papillon. Un arrêt près du marais, au fond du parc situé dans une réserve naturelle, s’impose pour y observer les oiseaux. L’endroit est d’ailleurs prisé des ornithologues.

Des tables à pique-nique et des bancs permettent aux randonneurs de prendre une pause, notamment près de la cascade et du marais.

Parc des Montagnards

À la porte d’à côté, le parc des Montagnards propose quant à lui un circuit plus sportif. La montée pour atteindre le sommet situé à 526 mètres est d’une distance approximative de deux kilomètres. « C’est adapté à tous, même les enfants en bas âge. En fait, dès qu’ils commencent à marcher, affirme M. Lemmel. C’est ouvert à tous les niveaux de compétence. On a également des randonneurs aguerris et beaucoup de coureurs. »

S’aventurer dans le parc des Montagnards est dépaysant, surtout en hiver. « Vous allez là après une chute de neige et vous ne reconnaissez plus rien. Il faut savoir où passent les sentiers même s’ils sont balisés. »

Les deux sentiers, qui totalisent une distance de cinq kilomètres, sont rustiques et plutôt étroits. Le statut de réserve naturelle du parc s’est d’ailleurs traduit par son aménagement à la main, sans la moindre machinerie, à l’exception d’une scie à chaîne.

Le point de vue qui est assurément le plus beau se situe au sommet. « On a une récompense quand on arrive en haut ! », estime M. Lemmel, qui fréquente le parc depuis son ouverture en 2014. On peut notamment y voir les sommets de montagnes environnantes et de grands champs d’un vert flamboyant.

Le parc des Montagnards de Shefford

En raison de la COVID-19, les deux sentiers peuvent être parcourus à sens unique seulement, ce qui n’était pas le cas auparavant. Le croisement entre les randonneurs se fait sur une distance d’environ 100 mètres dans un ancien chemin de bois où il est possible de respecter la distanciation physique. « Vous vous sentez encore plus seul qu’avant parce qu’on ne croise personne sauf sur le petit 100 mètres. Il y a ce facteur supplémentaire d’attraction », estime le responsable des patrouilleurs.

Ceux qui voudraient prolonger leur randonnée n’ont qu’à parcourir environ 800 mètres sur le chemin du Mont-Shefford et de la rue Chenail pour gagner le parc écologique Jean-Paul Forand. Au final, la combinaison des deux parcs offre environ 10 kilomètres de sentiers.

Les deux sites gagnent sans cesse en popularité. Un décompte réalisé par les patrouilleurs en haute saison, c’est-à-dire l’automne, a permis d’estimer qu’entre 500 et 600 randonneurs s’étaient rendus quotidiennement pendant le week-end au parc des Montagnards.

Que ce soit dans l’un ou l’autre des parcs, l’accès est gratuit.