Frey Guevara (à gauche), directeur général de SERY, a annoncé jeudi les détails du spectacle annuel de l’organisme.

SERY: un spectacle annuel métissé

« On a tous des origines différentes. On est tous des produits du métissage. » Le directeur général de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY), Frey Guevara, a présenté les grandes lignes de Métissage, le prochain spectacle annuel de l’organisme qui promet de faire voyager les spectateurs partout dans le monde, dans le confort de leur siège.

Depuis 15 ans maintenant, SERY organise une grande rencontre multiculturelle afin de sensibiliser la population de la région, qu’importe son origine, aux diversités culturelles.

« Cet événement est une opportunité de vivre concrètement le “vivre ensemble” parce qu’aujourd’hui, si on regarde le mot métissage, on peut l’appliquer dans différentes sphères, comme la cuisine, la technologie, les arts et la musique. À Granby, on vit ce métissage culturel. »

M. Guevara souhaite que les citoyens de la région, qu’ils soient nés au Québec ou non, participent en grand nombre à cet après-midi festif. Il espère que tous se mélangent et profitent de l’occasion pour se parler et se rencontrer.

Le spectacle s’adresse par ailleurs aux enfants comme aux adultes, peu importe leur âge. Le fait que l’événement débute à 15 h, le dimanche 27 octobre, permettra à un plus grand nombre de familles de s’y rendre.

Spectacle festif

Des artistes animeront le Palace de leur musique métissée, à commencer par Nomad’Stones, un groupe formé d’artistes d’origines différentes. Ils connaissent déjà Granby pour avoir performé durant le spectacle Musique de notre monde du 50e Festival international de la chanson de Granby.

« Impulso Flamenco est un autre exemple de métissage. C’est de la musique flamenco, qui provient d’Espagne, mais les musiciens ne sont pas nécessairement espagnols. Mais ils se sont rassemblés pour faire du flamenco. Lavanya et le projet Dharani, c’est une artiste originaire de l’Inde, poursuit Frey Guevara. Elle vit à travers sa musique le métissage culturel parce qu’elle va jusqu’à la musique brésilienne. Elle vient de l’Inde, elle est médecin à la clinique des réfugiés de Brossard et contribue au développement socioéconomique et aussi à la santé de notre pays. »

Le groupe colombien Mangosoud promet pour sa part de faire lever la foule avec son mélange d’instruments. Ils auront par exemple un accordéon, un instrument européen, mais qui représente aussi le folklore en Colombie.

« C’est un groupe très vivant, très festif. Enfin, l’Ensemble folklorique les Mariniers, qui participe chaque année, va nous présenter des surprises, souligne le directeur général. Ce sont des Québécois qui nous présentent le métissage culturel. »

Rejoindre tout le monde

Grâce aux commanditaires, SERY a réussi à établir le prix du billet à 10 $. Il ne s’agit pas d’une collecte de fonds, précise M. Guevara.

« On a un nouveau site Internet depuis quelques semaines, se réjouit Céline Gagnon, directrice générale adjointe, et on peut maintenant passer par le site pour acheter les billets en ligne. On peut aussi remplir un formulaire de réservation puis venir chercher et payer les billets au bureau de SERY à Granby. »

Quelques billets sont par ailleurs réservés gratuitement pour des organismes qui oeuvrent auprès de personnes démunies, mais aussi pour les familles immigrantes récemment arrivées.

Un festival ?

Pour le quinzième anniversaire de ce rendez-vous annuel, Frey Guevara et son équipe rêvaient d’un festival multiculturel. Ça n’a pas été possible pour eux de développer l’idée pour des raisons financières et de personnel. Il faut dire que SERY vit avec un budget très restreint. Certaines tâches augmentent. Par exemple, il n’y a plus de limite de cinq ans pour obtenir des services, mais l’ajustement des subventions peut se faire attendre de la part de Québec.

Un festival permettrait toutefois de faire briller Granby, qui est l’une des 14 municipalités mandatées par le provincial pour être une ville d’accueil. Un volet gastronomique pourrait aussi trouver sa place dans un tel événement. « On peut faire de la sensibilisation par la musique, les arts, la danse, mais aussi par la bouffe. »

De tels festivals existent ailleurs, comme le Festival des traditions du monde de Sherbrooke.