De gauche à droite : Marie Pagès, représentante de la catégorie 4 de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, Karine Michaud, présidente du Syndicat des travailleurs du CISSSMO-CSN-Estrie, et François Guillette, vice-président du Conseil central de la Montérégie pour la région de Granby

Services publics: «Les travailleurs font des petits miracles»

Les employés des services publics sont parmi les premiers touchés par les « importantes compressions budgétaires », selon la CSN. Le syndicat a choisi jeudi, jour de Saint-­Valentin, pour leur envoyer un peu d’amour via la première campagne nationale « Vous êtes les services publics. Merci ».

Les représentants du syndicat ont offert des coeurs en chocolat à leurs syndiqués partout au Québec, mais au-delà de ce geste symbolique, ils veulent saluer publiquement leur travail, celui-ci étant trop souvent dénigré.

Dans la région de Granby, environ 1500 employés des services publics sont des syndiqués de la CSN. Ils oeuvrent principalement dans les secteurs de l’éducation (au Cégep, entre autres), de la santé et des services sociaux. 

Du concierge de l’école à la secrétaire médicale, « ces gens-là, on ne prend souvent pas le temps de les remercier, et aujourd’hui c’est l’occasion de saluer leur courage et le bon travail qu’ils accomplissent au quotidien », a souligné François Guillette, vice-président du Conseil central de la Montérégie pour Granby.

Car du côté des employés, le moral n’est pas à son meilleur, selon Karine Michaud, présidente du Syndicat des travailleurs du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest (CISSSMO) -CSN-Estrie. « Les gens ont beau avoir la vocation, il y a un épuisement qui est là, on le voit, assure-t-elle. Les conditions de travail sont de moins en moins bonnes... Alors ça fait toujours du bien d’avoir une petite tape dans le dos et de se faire dire “hey gang, bravo pour le travail que vous faites”, et c’est ça qu’ont veut dire aujourd’hui à ce monde-là : lâchez-pas, on est derrière vous et on est reconnaissant de tout ce que vous apportez. »

Selon M. Guillette, les surcharges de travail sont monnaie courante et les employés doivent faire preuve d’imagination pour réussir à « livrer la marchandise ».

Services sociaux dans l’ombre

Marie Pagès, qui représente les employés de catégorie 4 [NDLR : personnel professionnel et technique, tel que les psychologues et travailleurs sociaux] à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, a rappelé que le personnel oeuvrant dans les services sociaux effectuait un travail trop souvent oublié. « On parle beaucoup de soins, mais on entend très peu parler de services sociaux, dit-elle. C’est souvent quelque chose qui est moins valorisé, travailler avec la misère du monde. »

Mme Michaud en a profité pour souligner le travail des assistants en réadaptation, qui oeuvrent notamment dans les installations granbyennes du Centre montérégien de réadaptation, où l’annonce de cette première campagne du genre a été faite, et aussi dans les Résidences à assistance continue. « Je lève mon chapeau à ceux qui travaillent aux côtés d’une clientèle présentant des problématiques graves de comportement. Jour après jour, ces employés sont victimes d’agression verbale et physique. Actuellement, on a une grosse pénurie de personnel : on parle souvent de préposés aux bénéficiaires, d’infirmières, mais c’est aussi le cas avec nos assistants en réadaptation. »

Négos 

Le lancement de la campagne a aussi été l’occasion de rappeler que les négociations locales pour le renouvellement des conventions collectives piétinent. 

« Une des façons simples de valoriser le travail que font les gens est de s’asseoir à la table des négociations et de négocier de bonne foi des bonnes conditions de travail, soutient Mme Pagès. Ici, le CISSSMO ne fait pas ça. Je suis aussi là aujourd’hui pour dénoncer ça. »