Le président de la FQM, Jacques Demers, appuie les démarches de la Ville de Lac-Brome pour abandonner les services de la SQ.

Services policiers: la FQM appuie Lac-Brome

La Ville de Lac-Brome devrait pouvoir troquer les services de la Sûreté du Québec pour ceux de la sûreté municipale de Bromont, croit Jacques Demers, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et président de la Fédération québécoise des municipalités. Il doute toutefois qu’un tel changement fasse épargner de l’argent aux Bromois.

Les municipalités tentent de réduire les coûts de leurs services, explique M. Demers. Le partage des services municipaux entre elles le permet. Cette approche est dans l’air du temps, a-t-il indiqué. Cela devrait inclure les services policiers, a-t-il dit en point de presse lundi au siège social de la MRC Brome-Missisquoi.

M. Demers était sur place pour discuter avec la préfète Sylvie Dionne-Raymond et le préfet adjoint Albert Santerre des enjeux sur lesquels travaille la FQM. Les coûts de la SQ en font partie.

Insatisfaite de la facture annuelle à payer, Lac-Brome envisage depuis quelques années de se libérer de son contrat avec la SQ. Elle discute avec Bromont de la possibilité que celle-ci assure la couverture du territoire bromois avec ses propres policiers. L’idée ne plait pas au ministère de la Sécurité publique (MSP), responsable de la SQ.

Cette année, la Ville de Lac-Brome déboursera 1 955 992 $ pour les services de la SQ. Lac-Brome, qui est convaincue de pouvoir obtenir une plus grande présence policière à moindre coût de la part de Bromont, tente de convaincre le ministre Martin Coiteux, à la tête du MSP, d’autoriser un tel changement.

Les économies pourraient ne pas être au rendez-vous, souligne M. Demers. Il donne l’exemple de sa propre municipalité. Sainte-Catherine-de-Hatley est membre depuis 1998 de la Régie de police de Memphrémagog avec trois autres municipalités. Régulièrement, dit le maire, les calculs sont faits pour comparer les coûts payés par sa municipalité à la Régie et ceux qu’elle défraierait pour la Sûreté du Québec. Il en ressort que les coûts de la Régie chargés à sa municipalité sont plus élevés que ceux que facturerait la SQ.

Meilleurs services
Cela dit, a ajouté M. Demers, malgré des coûts plus élevés, la population de sa municipalité préfère conserver les services de la Régie. De meilleurs services de proximité expliquent cette préférence, dit-il.

La FQM, a insisté M. Demers, va continuer à rappeler au MSP l’entente prévoyant que Québec assume 50 % des coûts de la SQ et les municipalités desservies l’autre 50 %. Pour l’heure, le ratio moyen est plutôt de 47 % pour Québec versus 53 % pour les villes.

La SQ fait l’objet de maintes critiques des citoyens, a fait remarquer Mme Dionne-Raymond. « On ne voit pas la police; elle nous coûte cher. On entend ça partout », dit-elle. La préfète estime cependant que la SQ fait un bon travail dans la MRC.