Le bureau coordonnateur Familigarde a convoqué une soixantaine de responsables de services de garde éducatifs en milieu familial (RSG), mercredi soir, pour leur annoncer qu’ils bénéficieront d’encore plus de soutien.

Services de garde en milieu familial: de nouveaux outils pour les responsables

Le bureau coordonnateur Familigarde a convoqué une soixantaine de responsables de services de garde éducatifs en milieu familial (RSG), mercredi soir, pour leur annoncer qu’ils bénéficieront d’encore plus de soutien. En effet, une aide financière de 25 000 $ de la part du ministre de la Famille permettra à 125 RSG de suivre une formation axée sur le développement et l’observation de l’enfant.

La formation Highscope est celle qui a été retenue pour concrétiser le projet «L’évaluation de la qualité éducative en services de garde en milieu familial».

Les RSG pourront ainsi perfectionner leurs interventions auprès des tout-petits.  « Les responsables vont avoir à mettre en place d’ici un an un dossier unique pour chacun des enfants qui va le suivre tout au long de sa petite enfance », précise France Aubry, directrice générale du CPE Familigarde.

À LIRE AUSSI: 3 M$ pour la qualité des services de garde en milieu familial

Le dossier en question sera bâti à partir de la plateforme web Planitou, qui vise à simplifier la communication et le partage d’information entre les divers types de services de garde et les parents.

Au Québec, 1 200 RSG utiliseront cet outil dans les six prochains mois. 

Une formation de 6,5 heures sera alors donnée aux responsables intéressés en Haute-Yamaska. 

La formation Highscope sera assurée par Daniel Savaria, l’un des seuls formateurs certifiés par la Fondation HighScope au Canada, tandis que celle sur Planitou sera donnée par le concepteur de la plateforme, Jonathan Thivierge. 

« C’est du gros travail. Ce n’est pas tout le monde qui suit des formations en dehors des heures de travail », lance Mme Aubry pour illustrer le professionnalisme des professionnels des services de garde en milieu familial reconnus par le ministère de la Famille. 

Les formations pourront en effet être suivies le soir ou la fin de semaine dès novembre.

Fierté

Mme Aubry souligne que le bureau coordonnateur souhaite mettre l’accent sur la fierté d’être reconnu par un système encadré par le ministère. 

Elle donne en exemple la présence de cinq employés sur le terrain — trois conseillers pédagogiques et deux agentes à la conformité — qui sont présents dans les milieux de garde pour outiller les responsables.

« On va donner des moyens au RSG d’être encore plus éclairés », dit-elle.

Cette dernière souligne que 25 permis pour de nouveaux services de garde en milieu familial sont disponibles. « Le bureau coordonnateur peut encore avoir d’autres reconnaissances. Plus de RSG vont se joindre au groupe, plus le réseau est fort. »

Véronique Guillet est l’une des RSG dans le domaine depuis dix ans. Bien que les formations l’aident à peaufiner ses interventions, elle croit que des subventions supplémentaires seraient les bienvenues, notamment pour qu’il y ait davantage de conseillers pédagogiques pour les enfants avec des difficultés. 

« Avoir du monde sur le terrain, c’est là que ça nous aide, surtout que de plus en plus d’enfants ont des besoins particuliers », souligne-t-elle.

Tout comme Véronique, Nathalie Caron est passionnée par son métier, qu’elle exerce depuis 15 ans.

Pour elles, faire partie du développement de l’enfant pour l’amener vers l’école est une réelle fierté. 

D’ailleurs, l’occasion de se rassembler pour cette annonce est vue comme une belle façon d’apprendre à connaître les autres intervenants dans les milieux de garde.

« C’est enrichissant d’échanger avec les autres. On parle des particularités de nos enfants et on s’échange des trucs », lance Nathalie.

Les bureaux coordonnateurs des CPE la Douce Couvée à Acton Vale, Mamie-Pom à Saint-Césaire et les Pommettes rouges à Bedford se sont pour leur part partagés 63 375 $. 

Cette annonce fait suite à un appel de projets lancé en décembre dernier. Le soutien financier accordé par la ministre de la Famille ne pouvait excéder 25 000 $ par projet.

À LIRE AUSSI: De l’aide pour les services de garde en milieu familial de la région