Les interventions ont été plus nombreuses en 2018 pour les pompiers de Granby, qui ont reçu pas moins de 988 appels.

Service des incendies de Granby: plus d’interventions en 2018

Les pompiers du Service des incendies de Granby n’ont pas chômé en 2018. Ils ont répondu à pas moins de 988 appels au cours de la dernière année, soit une quarantaine de plus qu’en 2017. Les fausses alarmes ont quant à elle diminué, signe que la sensibilisation porte ses fruits.

« On a eu une grosse année », confirme Simon Boutin, directeur du Service des incendies de Granby.

Les sapeurs ont combattu 173 incendies en 2018, comparativement à 147 l’année précédente. Les feux de résidences (20), dans des immeubles à logements multiples (19) et autres bâtiments (sept) sont tous à la hausse, selon des statistiques obtenues auprès du service des incendies.

« On a beaucoup des feux avec des pots de fleurs. Les gens mettaient un mégot dans la terre, mais ce n’est pas un cendrier. Un moment donné, il y a un foyer d’incendie, ça prend en feu et ça se propage à la maison. On en a quelques-uns dans des résidences et des immeubles multiples », explique M. Boutin.

C’est notamment dans le cas du côté de la rue Gilles-Cadorette, où un triplex a été lourdement endommagé par un incendie possiblement causé par un mégot de cigarette déposé dans un contenant près de la bâtisse. Le feu a d’abord abîmé le recouvrement extérieur avant de gagner l’entretoit.

Parmi les sinistres, celui qui a éclaté dans une maison de chambres de la rue Saint-André au printemps a été l’un des plus importants. Il a jeté 20 personnes à la rue.

La campagne de prévention qui visait à réduire les feux dans la cuisine a quant à elle porté ses fruits. « On n’a pas eu beaucoup d’incendies en lien avec les éléments dans la cuisine », constate le chef de la brigade.

Les feux de déchets, de broussailles, de véhicules et de poubelles, entre autres, ont également connu une augmentation en 2018.

Les incendies dans des industries sont passés de sept en 2017 à deux en 2018. Quatre brasiers ont aussi éclaté dans des commerces en 2018, soit le même nombre que l’année précédente.

Forts vents

Les épisodes de forts vents ont mobilisé les sapeurs, qui ont répondu à pas moins de 84 appels dans de telles circonstances en 2018, comparativement à 75 l’année précédente. « Entre 2016 et 2017, on avait fait un grand bond et entre 2017 et 2018, ça a continué à augmenter », ajoute M. Boutin.

En une seule journée en mai, ils ont reçu 33 appels. « C’est beaucoup parce que normalement, dans un mois, on fait 70 appels », signale le chef de la brigade.

Les sapeurs granbyens ont aussi prêté main-forte à leurs collègues des villes voisines à 28 occasions en 2018, comparativement à 10 l’année précédente.

Fausses alarmes

La prévention et la sensibilisation des systèmes de détection des incendies ont engendré des résultats positifs. Le nombre de fausses alarmes a chuté, passant de 365 en 2017 à 338 en 2018. « C’est une bonne nouvelle, affirme Simon Boutin. Ça veut dire que les systèmes sont fonctionnels et qu’ils sont bien entretenus. »

Au final, le chef des pompiers estime qu’il s’agit « d’un bon bilan » pour l’année 2018.

ACHAT DE NOUVEAUX APPAREILS RESPIRATOIRES

L’année 2019 sera encore occupée au Service des incendies de Granby. Deux officiers se rendront en Haïti tandis qu’un achat important visant à remplacer les appareils respiratoires des pompiers se réalisera cette année.  

Le service doit renouveler cet équipement essentiel utilisé par les sapeurs. Les pièces de remplacement de leurs appareils actuels, de marque MSA, ne sont plus fabriquées depuis 2014. « On commence à avoir des problèmes de remplacement des pièces. On doit mettre de côté des appareils que l’on garde pour les pièces, mais on se retrouve avec un nombre d’appareils respiratoires qui diminue. Et on doit en avoir un nombre minimal pour être capable d’intervenir », explique le directeur du service, Simon Boutin.

Un appareil respiratoire homologué se détaille entre 7000 $ et 8000 $. À cela s’ajoute le coût du cylindre d’oxygène. Le service doit procéder à l’achat d’environ 70 appareils. 

L’appel d’offres devrait être lancé au printemps.

Par ailleurs, deux officiers se rendront en Haïti cette année, plus précisément dans la commune de Carrefour, où un camion du service granbyen a été offert. Le véhicule est arrivé au port du pays en décembre. Il est maintenant à l’étape du dédouanement. Dès que celui-ci sera livré à la commune, les pompiers se rendront sur place pour former les sapeurs haïtiens et feront une analyse de leur service d’incendie.