Les maires de Stukely-Sud et d’Eastman, Patrick Leblond et Yvon Laramée, ainsi que le directeur du service des incendies d’Eastman, Daniel Lefebvre

Service de premiers répondants: l’entraide d’Eastman à Stukely-Sud

Après avoir signé une entente pour offrir leurs activités de loisir conjointement à leurs citoyens pendant trois ans, les municipalités d’Eastman et de Stukely-Sud partagent désormais le service de premiers répondants de la première.

Cette nouvelle entente est entrée en vigueur à la mi-juillet. Déjà, les premiers répondants d’Eastman ont été appelés à intervenir deux fois en sol diligent.

La réflexion concernant l’ajout d’un tel service à Stukely-Sud a été amorcée lorsqu’il a fallu 45 minutes à une ambulance pour arriver sur place après qu’un jeune homme dans la vingtaine ait subi un arrêt cardiorespiratoire.

« Ça répond vraiment à un besoin. En 2018, on ne peut pas se permettre de ne pas offrir ce service-là, surtout en raison de la proximité qu’on a avec Eastman. Toutes les municipalités de la MRC [de Memphrémagog] devraient se doter de premiers répondants », estime le maire Patrick Leblond. Dans cette veine, le conseil municipal de Stukely-Sud a également entériné l’achat de défibrillateurs, plus tôt cette année.

Le service de premiers répondants a été mis en place il y a deux ans à Eastman. « Quand on a démarré les premiers répondants, on cherchait à pallier aux délais d’arrivée de l’ambulance, explique le maire Yvon Laramée. On se disait que si on pouvait sauver ne serait-ce qu’une seule vie, on aurait atteint notre objectif. »

En plus d’une quinzaine de pompiers volontaires, quatre citoyens ont reçu la formation et peuvent intervenir sur les lieux. Les intéressés pourront aussi être formés cet automne s’ils en manifestent le désir, fait savoir Daniel Lefebvre, directeur du service des incendies d’Eastman.

Les premiers répondants sont appelés par paires lorsque leur intervention est requise ; ils se rendent à la caserne pour prendre possession du véhicule spécialement aménagé pour l’équipe. « Quand on arrive, on s’informe sur ce qui s’est passé, on stabilise la victime et on veille à sa sécurité jusqu’à l’arrivée des ambulanciers », précise M. Lefebvre.

Temps précieux
L’ambulance la plus proche se trouve à Magog, à environ une vingtaine de minutes d’Eastman, explique-t-on. Si celle-ci n’est pas disponible pour intervenir sur place, des ambulances se trouvant à Waterloo ou à Cowansville peuvent se déplacer. « Ça nous permet de récupérer un temps qui est précieux, quand on sait que le temps de réponse peut être déterminant pour l’état de la personne », souligne Patrick Leblond.

La facture sera divisée au prorata de la population. Ainsi, un montant de 11 $ par compte de taxes servira à financer le service, que l’on demeure à Stukely-Sud ou à Eastman. « C’est un tarif très raisonnable, si on peut sauver des vies », plaide M. Leblond.