Plusieurs vols ont été commis au camping L’EstriVal au cours des dernières semaines.

Série de vols au camping L’EstriVal

Les usagers du camping L’EstriVal assistent, impuissants, à une vague de vols depuis quelques semaines. La direction du camping a instauré une série de mesures qui demeurent inefficaces jusqu’à présent.

Entre cinq et douze vols, dépendamment des sources, auraient été commis à L’Estrival au cours de derniers jours. De la nourriture et des objets de faible valeur auraient été subtilisés par les chapardeurs, qui n’ont toutefois causé aucun dommage.

« La semaine dernière, il y a un client qui a rapporté à la réception avoir vu quelqu’un entrer [sur le site] avec une petite charrette et ressortir avec un vélo dedans. La piste cyclable [située tout près], c’est un énorme problème. Les gens peuvent entrer très facilement sans qu’on puisse les surveiller », déplore l’administratrice du camping, Louise Lortie.

Cette dernière raconte qu’un sans abris rodait dans le secteur avant d’être expulsé au début du mois. Elle soupçonne maintenant deux adolescents d’être les auteurs de cette série de vols.

« Avec les descriptions que nous avons eues, ça serait de jeunes de 15 ou 16 ans, cagoulés et mesurant environ 5 pieds 7 pouces», précise Mme Lortie.

Mesures
En plus d’appeler les campeurs plus de vigilance, la direction du camping, qui fait partie du réseau Parkbridge, a mis en place plusieurs mesures pour reprendre le contrôle de la situation.

Des employés de L’Estrival effectuent également des rondes de surveillance en dehors de leurs heures de travail.

« Ils ont accepté parce qu’ils sont tannés de se faire accrocher par les clients à ce propos, mais ce n’est pas efficace. Aussitôt qu’ils voient nos employés, [les voleurs] disparaissent », reconnaît Louise Lortie.

« Et apparemment, on ne peut pas faire clôturer la piste cyclable ni limiter l’accès qui traverse notre propriété.»

Selon M. Lortie, la police locale aurait commencé à patrouiller sur le site du camping au courant de la semaine. Il n’a toutefois pas été possible de confirmer l’information auprès du Service de police de Grany, dimanche.

Insécurité
Plusieurs campeurs se disent particulièrement inquiets de la situation.

« On est chez nous et on ne sait pas si on va se faire défoncer. C’est clair qu’il a un grand sentiment d’insécurité. Si ça arrive en plein été pendant qu’il y a des gens sur le site, on peut penser que ça sera pire cet hiver », fait valoir un campeur saisonnier qui a préféré garder l’anonymat.

Celui-ci indique ne pas avoir été personnellement victime de vol, même si certains de ses voisins ont déjà été ciblés.

« Ça fait deux ans que je suis ici, mais c’est sûr que je décampe à l’automne! », assure-t-il.

L’EstriVal avait également connu une série de vols durant l’hiver 2014-2015. Deux hommes avaient alors été arrêtés.

Notons que la direction du camping n’a pas permis aux représentants de La Voix de l’Est d’entrer sur le site dimanche.