Quatre casse-noisettes géants ont été hissés au-dessus de l’enseigne du Palace durant la nuit.

Série de coups pendables à Granby

CONTE DE NOËL / De mystérieux plaisantins se sont improvisés lutins gredins dans la nuit de jeudi à vendredi à Granby pour perpétrer une série de mauvais tours. Ils ont profité de la noirceur pour déplacer des décorations de Noël au centre-ville. Le pont flottant sur le lac Boivin a par ailleurs été submergé en partie.

Quatre casse-noisettes géants ont été hissés au-dessus de l’enseigne du Palace qui surplombe le trottoir de la rue Principale. C’est l’animatrice Marie-Ève Dupré de la station M-105, alors qu’elle s’apprêtait à rentrer au travail aux aurores pour son émission, qui a remarqué le tout.

« Quand je les ai vus, je croyais être encore un peu endormie. J’ai cligné des yeux. Mais les casse-noisettes étaient bien là », a expliqué la jeune femme à La Voix de l’Est. « C’est pas mal original comme mauvais tour », a-t-elle dit avec le sourire.

Les autorités policières croient que les auteurs de ce coup pendable ont utilisé une grue pour monter les quatre structures en haut de l’enseigne. « C’est soit ça ou bien on a affaire à un individu extrêmement fort et agile », a indiqué l’agent William Mumbabray d’Info-Crime.

Les décorations de Noël dans les arbres de la place Johnson ont été enlevées puis accrochées sur le mur de l’édifice du Quartier FC.

Les loustics n’en sont pas restés là. Ils ont enlevé toutes les boules de Noël qu’arboraient les arbres à la place Johnson. Ils les ont accrochées sur le mur de l’édifice Quartier­ FC. Encore ici, l’hypothèse de la grue est avancée pour expliquer le modus operandi des rigolos. « Si ce n’est pas ça, eh bien c’est un géant qui est derrière ce mauvais tour », a dit l’agent Mumbabray.

Suite à leur folle virée au centre-ville, tout porte à croire que les fins finauds se sont dirigés vers le lac Boivin. Là, ils ont réussi à submerger une partie du pont flottant qui relie les deux rives près du restaurant McDonald. Les policiers sont d’avis qu’ils se sont servis d’une forte charge pour réussir à submerger ainsi la structure.

Le seul indice retrouvé sur place est un large sillon dans la neige sur la piste cyclable qui mène sur le pont flottant. « C’est comme si quelqu’un sur un fatbike a traversé le pont et qu’il s’est enfoncé dans l’eau. Mais c’est impossible. Ça prendrait quelqu’un qui pèse plusieurs centaines de kilos », calcule l’agent Mumbabray.

Le ou les loustics seraient arrivés par la piste cyclable près du pont flottant, croient les policiers.

La Fratrie nie

Joint vendredi, le secrétaire général de la Fratrie des lutins québécois de Noël, Il est Maléfique, a catégoriquement nié que des membres de son organisation puissent être au cœur de cette affaire. « Notre code d’éthique nous interdit formellement toute action à l’extérieur. Nos missions se passent toutes dans les maisonnées où vivent des enfants », a-t-il affirmé.

Les rumeurs courent à l’effet qu’un groupe rival de la Fratrie, récemment arrivé au centre-ville de Granby, ait orchestré cette série de mauvais tours, a dit M. Maléfique. « Vous les apercevez tous les jours, mais ne les voyez pas sous leur vrai jour », a-t-il dit sans vouloir préciser sa pensée.

Les policiers suivent différentes pistes. Sur les trois lieux où les lascars ont sévi, ceux-ci ont laissé d’étranges empreintes. Des analyses sont en cours pour déterminer leurs origines.

La Voix de l’Est fera tirer une entrée familiale pour le Zoo de Granby l’hiver ainsi que trois cartes-cadeaux de 20 $ des Galeries de Granby parmi les personnes pouvant identifier les commanditaires de ces mauvais tours. Si vous croyez le savoir, envoyez votre réponse à michel.laliberte@lavoixdelest.ca