Un des vestiges de l'ancienne usine Miner Rubber sera mis en valeur. L'endroit deviendra un belvédère et sera relié au sentier par une petite passerelle, expliquent Gabriel Bruneau et Benoit Carbonneau, du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville.

Sentier de la rivière Yamaska: la Ville se veut rassurante

L'annonce du début des travaux d'aménagement de la deuxième phase du sentier piétonnier le long de la rivière Yamaska à Granby a essuyé des critiques de citoyens préoccupés par l'environnement au cours des dernières semaines, mais rien n'a été laissé au hasard, assure le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Gabriel Bruneau.
« Les gens ont peur qu'on altère le site, mais on veut le redonner aux gens sans altérer l'environnement. Mais on n'a quand même pas le choix d'intégrer des normes de sécurité et d'ingénierie », a-t-il fait valoir lors d'une randonnée en bordure de la rivière Yamaska, où les travaux doivent débuter dans les prochains jours. 
La première phase du sentier ayant été bien accueillie par les citoyens, Gabriel Bruneau est confiant que la deuxième saura aussi faire l'unanimité. « Je suis convaincu que le sentier va faire partie des attraits touristiques de Granby dans quelques années, comme le lac Boivin », dit-il.
Cette nouvelle phase de travaux ne sera pas marquée par l'aménagement de structures imposantes, comme la passerelle aérienne de la première phase. Les travaux seront réalisés à partir des sentiers existants, sauf sur la première portion du tracé de 520 mètres, qui s'étirera à partir de la passerelle Miner, en direction de la rue Dorchester. Pour répondre à des exigences du ministère de l'Environnement, environ 40 % du parcours sera ainsi aménagé à l'extérieur du sentier tracé au fil des ans par les gens qui fréquentent l'endroit. L'objectif est de l'éloigner de la bande riveraine, souligne Benoit Carbonneau, coordonnateur de la division ingénierie. 
À bonifier
Parmi les aménagements prévus : un des vestiges de l'ancienne usine Miner Rubber sera mis en valeur, alors qu'il surplombe la rivière. L'endroit deviendra un belvédère en bonne et due forme et sera relié au sentier par une petite passerelle. 
Pour rappeler le passé industriel du site, trois cheminées de briques, dessinées à partir de photos historiques, seront en outre érigées à chacune des extrémités et au centre du sentier, laisse savoir Gabriel Bruneau. 
Ces cheminées pourront faire office de sites d'interprétation. Le projet étant « évolutif », les organismes du milieu, comme le club des observateurs d'oiseaux de la Haute-Yamaska, pourront contribuer aux informations qui y seront diffusées, souligne le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire. 
« Comme pour tous les projets, nous sommes ouverts aux suggestions. On va demeurer à l'écoute des gens qui vont emprunter le sentier et le bonifier », dit Gabriel Bruneau. 
L'un des citoyens engagés auprès de plusieurs organismes locaux en environnement ayant émis publiquement des réserves au sujet du projet, Normand Fleury, s'est réjoui à La Voix de l'Est que l'expertise locale soit mise à profit pour la suite du projet. Mais il déplore néanmoins que cette aide soit sollicitée alors que le projet est en bonne partie bouclé. Les informations amassées à ce jour par ces organismes auraient pu être mises à profit, entre autres pour la réalisation des inventaires sur la faune et la flore du site, dit-il. 
Minimiser les impacts
Certains citoyens se sont inquiétés d'apprendre que le sentier sera éclairé. Mais l'éclairage sera à faible hauteur et intensité pour « minimiser les impacts », précise M. Bruneau. « L'éclairage sera dirigé vers le sol et non vers la forêt autour. La mise en marche se fera par une photocellule », relève Benoit Carbonneau. 
L'endroit sera-t-il éclairé toute la nuit, alors que l'accès à certains parcs est interdit à partir de 21 h ? Selon Gabriel Bruneau, le comité environnement et le conseil municipal devront statuer sur cet aspect, qui n'a pas encore été déterminé.
Détail : le conduit qui permettra l'éclairage sera mis en place sous le sentier. Étant flexible, il pourra contourner les arbres et obstacles en place. 
Un ingénieur forestier aura pour mandat de « localiser les arbres avec une valeur écologique et ceux qui présentent un risque pour la sécurité des usagers », note Gabriel Bruneau. « On va s'assurer que les interventions soient minimales », ajoute-t-il en précisant que de la petite machinerie sera utilisée pour les travaux qui engendrent une facture de 657 000 $.
Le sentier rejoindra la piste cyclable La Montérégiade, près de la rue Dorchester, où une halte à vélos sera ajoutée et de l'affichage mis en place pour inviter les cyclistes à découvrir le secteur.