Le comité organisateur de la Semaine de l’action bénévole a prévu une panoplie d’activités pour reconnaître le travail des 10 000 bénévoles de la région de Granby. Sur la photo : Patrick St-Denis et Mireille Giguère.

Semaine de l'action bénévole: 10 000 fois merci

Ils sont environ 10 000 à Granby, Bromont, Saint-Paul-d’Abbostford, Sainte-Cécile-de-Milton, Roxton Pond et Saint-Alphonse-de-Granby à œuvrer avec coeur dans l’ombre, avec pour tout paiement un sourire ou un merci. La Semaine de l’action bénévole, qui se déroule sous le thème « Et si on osait bénévoler ! » promet de reconnaître l’apport de ces milliers de personnes qui font tout en leur pouvoir pour améliorer la vie des gens de la région.

La semaine, qui se déroule du 7 au 13 avril, vise à rendre hommage aux bénévoles et à sensibiliser la population à l’importance de l’action bénévole. Le comité organisateur de la semaine à Granby (COSAB) sait faire les choses différemment, à tel point qu’il en inspire d’autres.

« D’année en année, on a de plus en plus de centres qui découvrent la manière dont on remercie les bénévoles, remarque Patrick St-Denis, coordonnateur des activités pour le COSAB et responsable des services aux bénévoles pour le CAB de Granby. C’est important pour nous de remercier tous ceux qui s’impliquent, pas seulement ceux du CAB. Le rôle d’un Centre d’action bénévole, c’est de promouvoir le bénévolat dans l’ensemble de la communauté, pas uniquement dans nos services. Quand je rencontre un bénévole, c’est pour lui proposer un amalgame de places où il peut faire du bénévolat. Cette semaine-là a toujours eu pour but de remercier l’ensemble des bénévoles. C’est ouvert à tous les bénévoles de la communauté, à toutes les organisations. »

Ainsi, tous les bénévoles du territoire desservi par le CAB de Granby, qu’ils donnent une heure de leur temps dans l’année ou six heures par jour, sont invités à participer aux activités. La semaine débute avec une messe et une soirée pour les bénévoles, le samedi 6 avril.

La messe est encore très importante pour une portion des bénévoles qui sont âgés de plus de 75 ans, mais c’est aussi une façon de rejoindre des aînés qui reçoivent des services bénévoles. Le prêtre peut être un bon intermédiaire pour inciter les bénéficiaires à remercier les bénévoles qui viennent chez eux et à être accueillants avec eux. Selon M. St-Denis, il y a des gens d’un certain âge qui considèrent que tout leur est dû.

« Mais ce n’est pas ça. Des fois, on doit dire à des gens que le bénévole n’est pas obligé d’aller les voir, qu’il le fait de bon cœur, mais que si la personne n’est pas accueillante, pas agréable, il va arrêter d’aller la voir. La personne sera prise avec sa solitude. »

Jeunes

M. St-Denis remarque d’ailleurs que des cohortes de jeunes adultes ayant fait le programme d’éducation internationale (PEI) souhaitent de nouveau faire du bénévolat. « C’est dans leur mentalité de faire du bénévolat. De plus en plus de jeunes veulent s’impliquer, veulent redonner. C’est en effervescence. »

Le bénévolat tend à changer également au fil du temps. Les organismes doivent se moderniser pour renouveler leurs banques de bénévoles. « Il n’y a plus personne qui va faire du six heures par jour. Il faut rendre le bénévolat plus accueillant, plus intéressant. »

Un gala reconnaissance se tiendra le 7 avril au Palace de Granby. De nombreuses autres activités pour les bénévoles sont organisées. Les détails se trouvent sur le site du CAB de Granby.