Malgré le réaménagement de la traverse piétonnière, les automobilistes ne s’immobilisent pas systématiquement pour laisser passer les piétons lorsqu’il n’y a pas de brigadier scolaire.

Sécurité piétonnière à Saint-Césaire: un comité consultatif sera mis sur pied

La sécurité des piétons demeure un enjeu préoccupant pour la population de Saint-Césaire. Pour cette raison, le conseil municipal a acquiescé mardi soir à la demande d’une citoyenne de mettre sur pied un comité consultatif afin d’étudier les différentes avenues pour sécuriser les rues de la municipalité.

Nancy Beauregard est derrière le mouvement « Sécurité piétonnière à Saint-Césaire : j’y participe ». En 2016, elle s’était présentée à quelques reprises devant le conseil municipal, notamment pour remettre aux élus une pétition de 437 signatures, puis un mémoire détaillant les résultats d’un sondage auquel 162 citoyens avaient pris part.

Cette initiative avait mené à une collaboration entre la Ville, la Commission scolaire des Hautes-Rivières et l’organisme Nature-Action Québec, d’où étaient nées diverses mesures, dont le réaménagement de la traverse piétonnière de la route 112 au coin des rues Vimy et Bouthillier.

Trois ans plus tard, la Césairoise a jugé bon de voir où le dossier en était et, surtout, de prendre le pouls de la population vis-à-vis de la situation. « On s’était mobilisés, la Ville a fait des interventions significatives. Maintenant, il faut sonder les gens pour voir comment ils vivent avec les changements. Reste-t-il quelque chose à améliorer ? », expliquait-elle en entrevue quelques minutes avant le début de la séance publique du conseil municipal, mardi soir.

Déjà, constate Mme Beauregard, malgré le réaménagement de la traverse piétonnière, les automobilistes ne s’immobilisent pas systématiquement pour laisser passer les piétons lorsqu’il n’y a pas de brigadier scolaire. Cela peut s’expliquer en partie par le fait que même si les gens de Saint-Césaire sont conscients des dangers, les automobilistes des villes environnantes qui traversent la municipalité ne le sont peut-être pas, ajoute la citoyenne.

Demandes

Entre le 23 et le 29 avril derniers, 71 personnes ont répondu au sondage en ligne de Mme Beauregard.

Il en est ressorti que le taux de satisfaction en regard de la sécurité piétonnière à Saint-Césaire, particulièrement aux abords de la rue Principale, demeure faible.

En 2016, lors du précédent coup de sonde, 47 % des répondants — ils étaient alors 162 — s’en disaient très insatisfaits et 35 % modérément insatisfaits ; trois ans plus tard, les insatisfaits totalisent 61 % des 59 répondants.

Le taux global de satisfaction s’est amélioré avec 11 % de satisfaits, un peu moins du double du sondage réalisé en 2016. La proportion de personnes se disant ni satisfaites ou insatisfaite a toutefois plus que doublé, passant de 12 % à 27 % entre les deux enquêtes. D’ailleurs, la proposition la plus populaire dans le sondage consiste à l’installation d’ajouts de feux de circulation sur la route 112, avec 50 % des appuis.

La seconde idée la plus prisée concerne l’ajout de panneaux d’arrêt de marquage au sol. Elle récolte les faveurs de 9,4 % des répondants au sondage.

En conclusion, Mme Beauregard a recommandé à ce que le conseil municipal adopte une stratégie pour sensibiliser le MTQ à sécuriser les corridors piétonniers à Saint-Césaire. La citoyenne propose notamment l’installation « d’un feu piétonnier à la traverse de l’intersection des rues Bouthillier et Vimy avec la route 112 », « l’ajout d’un décompte numérique combiné à un mode protégé de traverse à l’intersection de la rue Notre-Dame (route 233) et de la route 112 », de même que « la relance active du dossier de réaménagement de la route 112 ».

Mme Beauregard a également demandé la création d’un comité consultatif dédié à la sécurité piétonnière, et ce, avant la prochaine rentrée scolaire.

Le maire Guy Benjamin a immédiatement confirmé son intérêt à voir naître une telle initiative.

« Ça serait important de former un tel comité, a reconnu l’élu. Je ne sens pas de volonté de la part du ministère de faire avancer ce dossier-là. Il faut pousser plus fort »

La municipalité procède actuellement et depuis l’an dernier à un décompte de piétons qui empruntent la traverse avec le brigadier au coin des rues Bouthillier et Vimy, a-t-on appris.

Citoyens en croisade

Un autre citoyen, Jean-Paul Pelletier, a lui aussi présenté des documents au conseil pour améliorer la sécurité routière et piétonnière à Saint-Césaire.

L’instigateur d’une pétition de plus de 600 signatures réclamant un feu de circulation à l’angle de la route 112 et de la rue Neveu souhaite également qu’il existe une manière sécuritaire de franchir la route numérotée à pied.

« On a eu une rencontre avec le MTQ l’automne passé [à ce sujet] et des études de faisabilité sont en cours. Dans dans ce dossier-là, on ne parle pas de semaines ou de mois, mais d’années », a laissé tomber le maire Benjamin.

Tant Mme Beauregard que M. Pelletier souhaitent une rencontre avec le ministre des Transports, le député de Granby François Bonnardel, pour le sensibiliser à la problématique que semble écarter son ministère depuis nombre d’années.

M. Pelletier souhaite d’ailleurs que l’élu vienne lui-même tenter de traverser la route 112 en pleine heure de pointe pour constater à quel point le défi est relevé.