La présidente de la FIQ-SPSCE, Sophie Séguin, voit d’un bon oeil l’ouverture du CIUSSS de réviser sa position.

Secrétaire en gériatrie: un sursis de six mois

Le poste de secrétaire en gériatrie au troisième étage du Centre hospitalier de Granby (CHG), que le CIUSSS de l’Estrie comptait abolir à la mi-avril en mettant fin à un projet pilote, sera prolongé d’au moins six mois, a appris La Voix de l’Est. Ce sursis a été accueilli positivement au sein du personnel du département.

« C’est certain qu’on ne connaît pas la décision finale du CIUSSS. Mais au moins, on a été entendus. C’est impensable de perdre la secrétaire. On a déjà de la difficulté à faire toutes nos tâches, je n’ose même pas imaginer si on devait en plus s’occuper de [l’administration]. C’est évident que les patients écoperaient », a indiqué une infirmière.

Trois sources près du dossier nous ont confirmé le délai de prolongation du poste de secrétaire. Le CIUSSS de l’Estrie a toutefois refusé de corroborer cette information.

En fait, le dossier a pris naissance à la fin février. La Voix de l’Est rapportait ainsi le 2 mars que les effectifs de l’unité de gériatrie, jumelée à la réadaptation au troisième étage du CHG, ont appris deux jours auparavant qu’ils allaient perdre leur alliée. Selon nos informations, le projet pilote avait été lancé il y a environ un an et demi. Devant le spectre de la suppression du poste de secrétaire, des infirmières du département ont rapidement fait circuler une pétition à l’hôpital. Selon nos renseignements, plus de 300 personnes ont signé le document contestataire, qui a été remis récemment à la chef de département de gériatrie.

Ouverture

Le CIUSSS a dit être en réflexion dans le dossier.

« La possibilité d’abolir le poste de secrétaire dont il est question [...] faisait partie d’un éventail de choix en terme d’optimisation financière dans un contexte où tous les budgets sont en révision actuellement en vue de la prochaine année financière qui débute le 1er avril. [...] une analyse est toujours en cours afin de voir si les sommes allouées à ce projet pilote seront transférées éventuellement dans un budget régulier », a indiqué Marie-France Thibeault, du service des communications de l’organisation.

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin, voit cette « ouverture » à une volte-face du CIUSSS d’un bon oeil.

« La secrétaire est très importante pour permettre aux infirmières de dédier leur temps à 100 % aux patients, a-t-elle fait valoir. Tant mieux si le CIUSSS revient sur sa décision. »