C’est devant une salle comble que les élus de Bromont ont amorcé la séance du conseil, mardi.
C’est devant une salle comble que les élus de Bromont ont amorcé la séance du conseil, mardi.

Séance devant public à Bromont: les citoyens au rendez-vous

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
C’est devant une salle comble que les élus de Bromont ont amorcé, mardi, la première séance du conseil devant public depuis le début de la pandémie.

Afin de respecter les règles de santé publique tout en accueillant le plus de personnes possible, la séance a eu lieu dans une vaste salle du Château-Bromont. Une expérience que le maire, Louis Villeneuve, compte renouveler. « Les séances du conseil, c’est une façon d’être en contact une fois par mois avec les citoyens, d’entendre leurs suggestions, leurs doléances. Ça démontre leur intérêt pour la municipalité, a-t-il indiqué en entrevue. Le choix du Château-Bromont était le bon. Les 30 places disponibles étaient prises. Pour une première, c’est bien. On va récidiver le mois prochain. » Le hall d’entrée de l’aréna est également envisagé.

Comme à l’habitude, la séance du conseil a commencé par une première période de questions. Celles-ci devaient porter exclusivement sur des points à l’ordre du jour. Plusieurs citoyens ont tour à tour interrogé les élus à propos de la possibilité de nager en eau libre dans les lacs de Bromont.

Une pétition a par ailleurs été déposée en ce sens. « Présentement, il est impossible de pratiquer la nage en eau libre au lac Bromont à moins d’être riverain ou membre de la plage privée du Paradis de Brome. Cette dernière détient un nombre limité de places et n’accepte plus de nouveaux membres, car sa limite est déjà atteinte. Au lac Gale, seuls les clients du Spa Balnéa ont accès à la nage libre, ce que nous jugeons discriminatoire pour les citoyens de Bromont puisqu’ils devraient également tous et toutes pouvoir jouir de ce droit. Pour ces raisons, nous considérons que les règlements mis en place actuellement par la Ville au lac Bromont et au lac Gale sont trop contraignants à plusieurs égards », mentionne notamment le document contestataire.

En mode solutions

Selon les initiateurs de la pétition, « des solutions simples et peu coûteuses suggérées par la Société de sauvetage sont à portée de main. [...] Nos recherches nous mènent à conclure que pour permettre la nage en eau libre en toute conformité, la Ville devrait entreprendre les deux actions suivantes. Dissocier clairement la section de la plage surveillée et l’entrée des nageurs en eau libre. De cette façon les surveillants de la plage municipale ne sont pas tenus responsables des nageurs en eau libre. Au lac Bromont, il suffit d’accrocher une échelle au quai existant pour faciliter l’accès au lac. Au lac Gale, le seul aménagement à prévoir serait l’installation de deux cordes qui indiqueraient clairement le lieu où entrer en toute sécurité. »

Les élus ont démontré une ouverture à dénouer l’impasse. « On va voir comment on peut arriver à une solution pour que nos citoyens puissent nager dans le lac, sans que l’on soit pris légalement avec des problèmes éventuellement, a mentionné Louis Villeneuve au terme de la période de questions initiale. On prend ça au sérieux. »