La conférencière Isabelle Loignon a expliqué à 125 secouristes comment déceler les signes et les symptômes du stress et du choc post-traumatique jeudi soir à Cowansville.
La conférencière Isabelle Loignon a expliqué à 125 secouristes comment déceler les signes et les symptômes du stress et du choc post-traumatique jeudi soir à Cowansville.

Savoir détecter les signes

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Pompiers, policiers et paramédics sont souvent confrontés à des scènes bouleversantes. Ces secouristes peuvent vivre un stress aigu à la suite d’une intervention. D’autres vont souffrir d’un trouble de stress post-traumatique. Les secouristes ont été sensibilisés à cette réalité, jeudi soir, à l’occasion d’une conférence présentée par Isabelle Loignon, à Cowansville.

«Il faut agir en prévention sur le stress aigu, quand on revient d’une intervention et qu’on a été choqué par un événement, que ça nous a bouleversé. Quand on revient, qu’on a les larmes aux yeux, qu’on y repense, qu’on a des images», a-t-elle expliqué en entrevue avec La Voix de l’Est.

Quelque 125 secouristes — en grande partie des pompiers et des paramédics, dont plusieurs étaient accompagnés de leur conjoint ou conjointe — ont assisté à la conférence de la pompière et première répondante, une initiative des directeurs de service incendie de la MRC de Brome-Missisquoi.

«Le stress aigu, c’est d’avoir été percuté par un événement. On est d’abord percuté, chamboulé par quelque chose. Ça vient nous chercher profondément, explique Mme Loignon. Le diagnostic, c’est un mois après l’événement, s’il y a un nombre précis de symptômes qui persistent dans le temps. Seul un professionnel peut poser un diagnostic.»

Plusieurs signes et symptômes (voir l’encadré) peuvent se manifester. «Mon idée est de sensibiliser les gens à détecter rapidement tous les signes et les micros signes. Mon dada, c’est la prévention. Je mets ça simple, en images », explique Mme Loignon. Pendant la conférence, elle fournit des exemples inspirés d’histoires réelles pour faciliter la compréhension.

Chez la plupart des intervenants, les signes s’atténuent et finissent par disparaître. Malheureusement, certains verront plutôt les signes augmenter et doivent consulter lorsque leur «vie est bouleversée complètement», explique celle qui a suivi des cours en psychologie.

Les premières personnes à déceler les signes sont souvent leur conjoint ou leur conjointe ainsi que les collègues de travail. «Quand ta blonde dit que tu es irritable, c’est qu’elle remarque qu’il y a quelque chose. Écoute là donc! Il y a quelqu’un qui te veut du bien et qui a détecté que peut-être ça ne va pas bien», expose la conférencière, qui a fait des études en psychologie.

Au cours de sa conférence, elle a aussi expliqué quels sont les déclencheurs, les mécanismes d’adaptation au stress et ce qu’il est possible de faire pour augmenter la résilience.

***

Quelques signes et symptômes qui peuvent se manifester

  • Difficultés de concentration
  • Difficulté à dormir
  • Perte d’intérêt
  • Flash-backs, cauchemars et rêves répétitifs
  • Comportements autodestructeurs et imprudence
  • Irritabilité
  • Incapacité à ressentir la joie, la satisfaction ou le plaisir
  • Sentiment de détresse (honte, culpabilité, peur, anxiété)
  • Hypervigilance

Source : Isabelle Loignon, Formation Loignon