«J'ai essayé d'éteindre, mais il n'y avait rien à faire», dit le propriétaire du condo, Sylvain Dionne.

Sauvé par son avertisseur

Sylvain Dionne ne devait pas dormir chez lui, mardi soir. Sans sa présence, les dommages causés par l'incendie de son condo, rue du Violoneux, auraient pu être bien pires.
Ses deux avertisseurs de fumée l'ont réveillé en sursaut peu après 1 h du matin. Il inspecte: pas de flammes, ni de fumée apparente. La chaleur provient du haut de son foyer, derrière le mur. Il essaie d'utiliser son extincteur, mais sans succès.
«J'ai essayé d'éteindre, mais il n'y avait rien à faire», affirme M. Dionne, interrogé hier à l'intérieur de son appartement noirci, où des cendres fumaient encore.
Tous les détails dans notre édition de jeudi