Le Granbyen Samuel Robichaud possède une bonne balle courbe et il accorde peu de buts sur balle.

Samuel Robichaud a gagné sa place avec l'ABC

Samuel Robichaud vient d'atteindre un de ses gros objectifs : il a mérité sa place au sein de l'équipe des moins de 18 ans de l'Académie de baseball du Canada.
« Je suis très content ! lance le lanceur droitier de Granby. Ça fait quelques années que j'y rêvais et là, c'est fait. Maintenant, il faut que je fasse mon travail sur le terrain, il faut que je joue à la hauteur des attentes placées en moi. »
Robichaud a confirmé sa place à l'ABC après avoir participé à un camp d'entraînement en Floride en mars et après avoir pris part à des matchs opposant les espoirs québécois à des espoirs ontariens au Stade olympique un peu plus tard.
« Je possède un bon contrôle, je donne peu de buts sur balle et ça, les entraîneurs aiment ça. Ma balle bouge beaucoup et mon meilleur lancer, c'est ma courbe. »
Robichaud arrive du midget AAA, lui qui avait auparavant toujours joué au niveau AA dans l'organisation de Richelieu-Yamaska. Il a commencé à jouer au baseball à l'âge de quatre ans.
« C'est mon sport, c'est ma passion. J'aime tellement ça. Du baseball, je n'en ai jamais assez ! »
Et il sera servi cette saison. Ainsi, l'équipe des moins de 18 ans de l'ABC disputera une trentaine de matchs face aux équipes de la Ligue de baseball junior élite du Québec, dont les Guerriers, et elle participera à un tournoi et puis un autre aux États-Unis. En tout et pour tout, elle devrait jouer près de 100 rencontres.
« C'est un gros calendrier. Clairement, il va falloir que je prenne soin de mon bras. Mais je fais confiance à nos entraîneurs. »
Robichaud est en secondaire V à J.-H.-Leclerc. S'il poursuit avec l'ABC à l'automne, il se retrouvera au cégep d'Ahuntsic, qui est associé avec le programme de baseball.
« À l'heure où on se parle, je ne pense qu'à la saison qui est sur le point de commencer. Mais je vais peut-être avoir de grosses décisions à prendre à l'automne... »
Robichaud, on s'en doute, intéresse fortement les Guerriers. Et bien sûr, l'athlète de 17 ans ne détesterait pas non plus jouer chez lui.
« On verra, on verra ! », lance-t-il, sourire en coin.
En attendant, Robichaud et son équipe débarqueront au stade Napoléon-Fontaine le 14 mai alors que les Guerriers entameront leur nouvelle saison. Il s'agira d'un programme double.
« La date est encerclée en rouge sur mon calendrier ! Ça doit faire quatre ou cinq ans que je n'ai pas joué à Granby. »
Une étape à la fois
Samuel Robichaud affirme qu'il veut y aller une étape à la fois. Mais puisqu'il aime se fixer des objectifs, il est difficile de croire qu'il ne rêve pas un tantinet à une carrière chez les pros.
« À l'heure où on se parle, honnêtement, je pense davantage à une carrière dans les collèges américains, explique celui qui s'inspire beaucoup de Marcus Stroman, le droitier des Blue Jays. Je n'ai pas eu d'offres, mais je sais que certains ont posé des questions à mon sujet. D'y aller étape par étape m'a toujours bien servi. Je vais continuer de cette façon. »