Des simulations d’embauche virtuelles seront organisées au Salon de l’emploi au Cœur de la Montérégie.
Des simulations d’embauche virtuelles seront organisées au Salon de l’emploi au Cœur de la Montérégie.

Salon de l’emploi au Cœur de la Montérégie: l’égalité des chances à l’avant-plan

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
L’égalité des chances lors de l’embauche sera au cœur d’une immersion en réalité virtuelle offerte aux visiteurs du 2e Salon de l’emploi au Cœur de la Montérégie, qui aura lieu au Complexe sportif de Saint- Césaire le samedi 22 février prochain.

L’événement accueillera des représentants de l’organisme Le Y des femmes de Montréal, qui offriront, tant aux visiteurs qu’aux gestionnaires d’entreprises présents, des simulations d’embauche virtuelles dans lesquelles tous seront témoins de l’entretien entre une candidate issue de l’immigration et de la femme qui la reçoit pour un emploi.

L’objectif de l’exercice est de sensibiliser les gens aux différents enjeux d’exclusion, d’inégalité sociale et de genre qui peuvent survenir dans un processus d’embauche, précise l’agente de projet Lou Patouillard.

« Le service d’employabilité du Y des femmes vise les femmes, québécoises, immigrantes pour leur donner les outils pour reprendre leurs activités professionnelles. Malgré ça, des portes demeurent fermées ; il est difficile pour certaines d’obtenir un premier entretien d’embauche, et donc un emploi », déplore celle qui a elle-même bénéficié du service à son arrivée au Québec.

« L’immersion est totale, dans un univers à 360 degrés, explique Mme Patouillard. Cette immersion permet de créer l’émotion et d’impliquer le participant, pour qu’il réalise à quel point ça peut être difficile pour des femmes immigrantes de trouver un emploi. »

« Avec la simulation, on revient à l’échelle humaine. Les gens disent ressentir de l’empathie pour la candidate, poursuit l’agente de projet. On a eu un très bon retour des gens qui l’ont essayée. Et des personnes immigrantes, qu’elles soient de nouvelles arrivantes ou intégrées ici depuis plusieurs années, ont dit s’être reconnues dans la présentation. Ça permet d’ouvrir une réflexion. »

Une réflexion, donc, sur l’indépendance acquise par le travail, qui touche toutes les femmes, et qui est un facteur essentiel à l’intégration des nouvelles arrivantes. D’autres enjeux influençant l’entrée ou le retour des femmes sur le marché du travail, comme l’accès abordable à des services de garde, par exemple, alimentent également cette réflexion.

« En ce contexte de pénurie de main-d’œuvre, nous voulons rappeler aux employeurs qu’il y a plein de femmes qui attendent qu’on leur tende la main, affirme Lou Patouillard. Une main dans laquelle elles auront quelque chose d’intéressant à déposer. »

Kiosques

En plus du Y des femmes de Montréal, des représentants du Centre de formation et d’aide à la recherche d’emploi (CFARE), situé à Marieville et offrant ses services à la population de la MRC, seront aussi sur place pour proposer conseils et astuces aux chercheurs d’emploi. Un service de vérification et de révision de curriculum vitae sera également offert.

Plus d’une trentaine d’entreprises de la région ont déjà confirmé leur participation au salon.

Le Carrefour Jeunesse Emploi, la commission scolaire des Hautes-Rivières, Desjardins, Les Jardins de la Terre et la MRC de Rouville seront également présents.

Mme Côté indique que quelques kiosques sont encore disponibles pour les entreprises qui souhaiteraient prendre part à la journée qui s’échelonnera de 10 h à 15 h.

L’an dernier, 33 entreprises et organisations ont proposé des emplois aux visiteurs. Plus de 150 emplois divers étaient alors offerts aux quelque 200 chercheurs d’emploi, chômeurs, travailleurs en quête d’un nouveau défi professionnel, étudiants, diplômés, entrepreneurs, personnalités d’affaires, entrepreneurs et citoyens.

Surtout, le Salon a permis l’embauche de près de 12 chercheurs d’emploi dans les semaines suivant l’événement.

Il est possible d’en savoir plus sur le site coeurmonteregie.com/secm.