Jocelyn Beaudoin n'est pas d'accord avec la décision du conseil municipal de hausser sa rétribution annuelle de près de 30 %.

Salaire des élus à Sainte-Cécile: indécent, juge un citoyen

Jocelyn Beaudoin n'en croyait pas ses oreilles, cette semaine, en apprenant la hausse salariale que les membres du conseil de Sainte-Cécile-de-Milton venaient de s'octroyer. « C'est indécent », affirme-t-il.
Ce dernier était présent à la séance régulière du conseil municipal lorsque le projet actualisant la rémunération des élus a été adopté. Le traitement annuel du maire Paul Sarrazin est ainsi passé de 19 251 $ à 25 000 $, tandis que les conseillers municipaux ont vu leur salaire de 6417 $ grimper à 8333 $. Ces montants incluent la rémunération­ et l'allocation de dépenses.
Curieux, M. Beaudoin a immédiatement « sorti sa calculatrice » pour constater que cela représentait une hausse d'environ 30 %. « Personne n'obtient des augmentations aussi élevées. On dénonce quand ça se fait au provincial et au fédéral, pourquoi pas au municipal ? Surtout qu'ils seront indexés de 2,5 % chaque année et qu'ils ont le culot de donner seulement 1 % à leurs employés. Ça m'enrage », lance l'avocat, en avouant avoir été le seul citoyen présent à tiquer sur ces changements. 
Dans une lettre ouverte (lire ici), le fils de l'ancien maire de la municipalité, Sylvain Beaudoin, critique le conseil municipal actuel sur plus d'un point. Il fait notamment remarquer qu'au lieu d'une telle majoration du salaire des élus, il serait préférable « que le trottoir de la rue Principale soit déneigé et que nos enfants n'aient pas à marcher dans la rue ». 
« Je demande aux citoyens de poser des questions. Et s'ils ne sont pas d'accord, qu'ils se présentent aux élections de 2017 ». Interrogé sur ses propres intentions, Jocelyn Beaudoin assure que la politique municipale ne l'intéresse pas. 
Justifié, rétorque Sarrazin
Le maire Paul Sarrazin affirme pour sa part être tout à fait à l'aise avec la situation. « Je regarde le travail qu'on a fait ces trois dernières années - le succès du Parc PME, la baisse appréciable du taux de taxes, la réalisation des travaux sans emprunt, la baisse du budget - et je suis bien avec ça. Si la situation financière était mauvaise, je ne dis pas, mais ce n'est pas du tout le cas. »
« Est-ce qu'on a livré la marchandise­ ? La réponse est oui. »
M. Sarrazin a aussi réponse aux critiques de M. Beaudoin au sujet de l'augmentation de 1 % des employés municipaux. « C'est facile de dire que les employés ont 1 % et les élus 30 %. On sait pourtant que ce sont deux régimes complètement différents. » Selon lui, un exercice a été fait pour évaluer la rémunération du personnel par rapport à la tâche de travail, à partir de comparatifs dans le monde municipal. « On était au-dessus de la médiane. »
Les employés, ajoute-t-il, ont aussi la possibilité de hausser leur salaire jusqu'à 2 % de plus, lors de leur évaluation. « Il ne faut pas oublier qu'on a aussi accordé de meilleures conditions, dont plus de congés mobiles et la bonification du régime de retraite. »
Nouveau DG
Par ailleurs, un nouveau directeur général et secrétaire-trésorier­ est entré en fonction le 3 janvier dernier à Sainte-Cécile-de-Milton. Daniel Moreau succède ainsi à Pierre Bell, congédié en novembre dernier.
Résidant de Saint-Mathias-sur-Richelieu, M. Moreau n'est pas issu du milieu municipal. « On l'a choisi pour ses qualités de gestionnaire », note le maire Sarrazin. 
Avant d'obtenir sa permanence, Daniel Moreau sera soumis à une période de probation de six mois.