Des bénévoles de l’organisme La Cabane à chat ont amassé des contenants consignés devant le supermarché Maxi de Granby, samedi après-midi.

Saison des déménagements: La Cabane à chat a du pain sur la planche

La Cabane à chat, qui s’occupe de trouver des familles d’accueil pour les animaux abandonnés ou errants, a beaucoup de travail en ce début de mois de juillet. La période des déménagements correspond chaque année à une forte hausse de la demande pour les services de l’organisme. Les Québécois sont encore nombreux à délaisser leurs compagnons poilus lorsque vient le temps de faire les boîtes.

Le financement étant un défi continuel, des bénévoles de l’organisme ont organisé une collecte de bouteilles consignées, samedi, devant le supermarché Maxi de Granby.

« Tous les jours, il y a des gens qui nous appellent, mais nous ne pouvons pas accepter tous les chats. Nos moyens sont trop limités », mentionne Nathalie Laveault, la fondatrice de l’organisme.

Avec le printemps, les semaines entourant le 1er juillet sont une période occupée pour leurs services. Mme Laveault remarque que le déménagement demeure une excuse pour abandonner son animal pour certains propriétaires de chats.

« Ça reste plus commun qu’on le pense, des gens qui laissent leur chat derrière eux lorsqu’ils déménagent. Ce qu’on entend aussi, ce sont des personnes qui ont leur chat depuis de nombreuses années et qui adoptent un chien. La cohabitation ne fonctionne pas et ils vont abandonner leur vieux chat », observe-t-elle. 

L’organisme accepte notamment des félins qui seraient plus difficiles à faire adopter dans une animalerie standard.

« Nous acceptons des chats de 10, 12 ans qui ne seraient pas nécessairement acceptés à la SPA, ou des chats malades qui ont besoin de médication », précise-t-elle.

Réseau de familles

Pour pouvoir accueillir les félins abandonnés, la Cabane à chat fonctionne grâce à un réseau de six familles d’accueil dans la région. Selon les cas et la demande, chaque famille peut héberger d’un à plusieurs chats.

« L’organisme s’assure de payer les frais vétérinaires et de soutenir les familles d’accueil pour la nourriture. On reçoit parfois des dons et on les redonne aux familles », explique la fondatrice.

L’organisme souhaiterait augmenter son réseau, mais doit respecter sa capacité de payer pour soutenir les félins recueillis.

« On invite les familles intéressées à nous contacter. Il faut être prêt à s’occuper des chats abandonnés comme si c’était le leur et pour une période indéterminée. Le temps d’adoption peut être très rapide, mais ça peut aussi prendre plus d’un an », indique la fondatrice.

En plus des familles d’accueil, l’organisme s’affaire à mettre en contact directement des propriétaires qui ne peuvent plus s’occuper de leur chat avec des personnes qui souhaitent adopter.

Financement

Les services de la Cabane à chat nécessitent le soutien de la communauté pour être financés.

L’organisme demande 150 $ lors de l’adoption d’un chat, mais le montant est insuffisant pour couvrir tous les frais de vaccination et de stérilisation. « Le problème, c’est que si on met un montant trop haut, nous allons avoir des problèmes à faire adopter nos animaux », craint Mme Laveault. 

La Cabane à chat organise ainsi des activités de financement régulièrement pour payer ces frais.

Samedi, des bénévoles de l’organisme avaient demandé aux intéressés d’apporter des cannettes et des bouteilles consignées au supermarché Maxi de Granby. Il était également possible de se procurer des sacs réutilisables faits à la main pour les fruits et légumes.

« Il est également possible de devenir membre de l’organisme pour nous soutenir. La carte donne accès à certains rabais dans des commerces de Granby », ajoute la secrétaire de l’organisme Chantale Rouillard.

Cette dernière invite les intéressés à se rendre sur la page Facebook de l’organisme pour connaître les prochaines activités de financement.