Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’inspecteur-chef section enquêtes criminelles au Service de police de Granby, Stéphane Cabana, a présenté le bilan annuel des escouades ACCÈS Cannabis et ACCÈS Tabac.
L’inspecteur-chef section enquêtes criminelles au Service de police de Granby, Stéphane Cabana, a présenté le bilan annuel des escouades ACCÈS Cannabis et ACCÈS Tabac.

Saisies records de cocaïne et de méthamphétamine à Granby

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les saisies de cocaïne et de comprimés de méthamphétamine réalisées par les enquêteurs de l’escouade ACCÈS Cannabis du Service de police de Granby ont fracassé des records au cours de la dernière année. Les perquisitions et les arrestations ont également bondi.

Pas moins de 16 253 comprimés de méthamphétamine ont été saisis au cours de la dernière année, soit du 1er avril 2020 au 31 mars 2021, par les enquêteurs de l’équipe spécialisée. À titre comparatif, 3827 comprimés avaient été saisis l’année précédente et à peine un peu plus de 2000 il y a deux ans.

Même constat du côté de la cocaïne avec la saisie de 1,6 kilogramme au cours de la dernière année alors que 655 grammes avaient été découverts l’année précédente. « C’est notre plus grosse année en matière de saisie de cocaïne », affirme Stéphane Cabana, inspecteur-chef section enquêtes criminelles au Service de police de Granby.

Le mandat de l’escouade instaurée en octobre 2018 à la suite de la légalisation du cannabis — subventionné par le gouvernement — est de lutter contre l’approvisionnement du cannabis illégal et d’en réduire l’accessibilité aux jeunes. Or, lors des 29 perquisitions réalisées ayant conduit à 42 arrestations, d’autres substances ont été saisies.

Les policiers ont saisi 1426 grammes de cannabis concentré solide, comme du haschisch ou de l’huile de cannabis. Ils ont également retrouvé plus de 5800 grammes de cannabis solide qui contiennent du cannabis, notamment des jujubes qui sont bien souvent commandés sur le web dans des boutiques situées dans l’Ouest canadien. Du cannabis séché, des plants de pot et des champignons magiques s’ajoutent à la liste des substances retirées du marché.

Plus de 2500 comprimés de médicaments d’ordonnance et de type bonbons Pez ont aussi été saisis.

Des bonbons contenant du cannabis ont été saisis par les policiers.

Les agents ont aussi découvert six armes à feu et plus de 56 000 $ en argent.

Qualité des informations

En plus d’être actifs sur le terrain, les enquêteurs ont rencontré des intervenants des milieux scolaires afin qu’ils puissent avoir un « oeil aiguisé » sur les activités de vente et de consommation de stupéfiants chez les étudiants, explique M. Cabana. « On veut assurer la sécurité de nos jeunes », précise-t-il.

La qualité des informations transmises aux policiers joue un rôle crucial dans la quantité de stupéfiants saisis, ce qui explique notamment la hausse connue au cours de la dernière année. « Le succès de la police passe par les informations, leur qualité. Ça augmente notre succès. C’est l’information de départ qui fait foi de tout. Il faut aussi être chanceux et arriver au bon moment. Si les citoyens continuent à nous appeler, ça va continuer », insiste l’inspecteur-chef.

Moins de tabac

Si les saisies de stupéfiants ont été plus nombreuses, celles de l’escouade ACCÈS Tabac — un programme également financé par le gouvernement — ont chuté au cours de la dernière année. La fermeture temporaire des « smokes shackes » de la réserve de Kahnawake y a joué un rôle.

« Avec la pandémie qui fait rage depuis plus un an, nous avons été confrontés à différentes difficultés. La zone rouge, le couvre-feu et la fermeture de bars ont fait en sorte qu’à ces endroits-là, ça a généré moins d’achalandage, donc moins de possibilités de surveillance », explique le policier.

Dix-huit perquisitions qui visaient 27 suspects ont été réalisées au cours de la dernière année. Les enquêteurs ont saisi 25 831 cigarettes de contrebande comparativement à 60 557 l’année précédente.

La méfiance des vendeurs qui se voient imposer des amendes salées s’ils se font arrêter influence également la quantité de tabac illicite qu’ils gardent en leur possession. « Les gens qui sont connus pour faire ce type de commerce illégal sont de plus en plus méfiants et tiennent moins de quantités à leur domicile. Ils prennent un risque, mais avec de moins grandes quantités », précise M. Cabana.

Quatre armes à feu, du cannabis et des comprimés ont également été saisis.