Le directeur général Daniel Desnoyers quittera son poste d’ici le mois d’octobre.

Sainte-Cécile-de-Milton à la recherche d’un directeur général

Sainte-Cécile-de-Milton perd son quatrième directeur général en tout autant d’années. Daniel Desnoyers quittera son poste cet automne a appris La Voix de l’Est mercredi.

La nouvelle a été confirmée en fin d’après-midi par le maire Paul Sarrazin, qui précise que le tout se fera en bons termes.

« C’est vraiment un départ à l’amiable. Il n’y a pas de mésentente, ce n’est pas un congédiement. Il a été très professionnel », soutient le maire.

Le premier magistrat de Sainte-Cécicle-de-Milton avance que ce sont des « raisons personnelles » qui poussent le directeur général Daniel Desnoyers à se retirer après avoir commencé à travailler pour la municipalité en janvier dernier.

Depuis le départ de Monique Fortin en 2014, la municipalité a vu passer pas moins de quatre directeurs généraux entre les murs de l’hôtel de ville.

Paul Sarrazin s’explique mal ce phénomène, qui pourrait constituer un frein à d’éventuelles candidatures. « C’est sûr que ça renvoie une image négative de la municipalité pour un poste de direction, mais certains pourraient y voir un beau défi », nuance-t-il.

« Dans chaque cas, il y a des raisons différentes. Il y a eu des congédiements et d’autres directeurs pour lesquels on a mis fin à la période de probation. Ce n’est pas parce que le contexte n’est pas agréable, mais peut être qu’on a pas fait les bons choix avec nos exigences », ajoute le maire.

Transition
Le poste devrait être affiché jeudi. Les intéressés auront deux semaines pour faire parvenir leur candidature.

« On aimerait vraiment aller vers la jeunesse cette fois, avance M. Sarrazin. Les derniers qu’on a engagés arrivaient déjà avec leur façon de faire. Ça pourrait être quelqu’un qui a un poste de cadre et qui pourrait se faire la main avec un poste de direction chez nous, avec le soutien et l’aide nécessaire. On est en début de mandat et on veut mettre la main sur une ressource [qui sera avec nous] pour les six ou sept prochaines années. »

Paul Sarrazin se donnera ensuite jusqu’au début du mois d’octobre pour accueillir le futur directeur général, afin qu’il puisse donner un coup de main à la préparation du budget municipal.

« Pour quelqu’un qui est déjà issu du milieu municipal, il n’y a rien de nouveau. D’une municipalité à l’autre, ça se ressemble et il n’y a pas de gros problèmes financiers ici », croit M. Sarrazin.