La municipalité de Saint-Pie projette d'utiliser l'aire de stationnement attenant au centre sportif pour ériger le nouveau bâtiment.

Saint-Pie: le projet d'expansion de l'école fait du surplace

Alors que le projet d'agrandissement de l'école primaire au Coeur-des-Monts piétine depuis plus d'un an, l'incertitude plane sur l'avenir des élèves pour la rentrée scolaire à venir.
Au cours de 2016, la municipalité de Saint-Pie a perdu son centre communautaire, ce qui a forcé la relocalisation des organismes qui occupaient le bâtiment. À cela s'ajoute le fait que l'école primaire de la localité est au maximum de sa capacité.
Pour dénouer l'impasse, la Ville compte faire d'une pierre deux coups en agrandissant le centre sportif attenant à l'établissement d'enseignement pour y aménager des locaux multifonctionnels, indiquait La Voix de l'Est en septembre 2015. Or, le projet « tourne en rond », a déploré en entrevue le maire Mario St-Pierre.
« Comme c'est parti, il n'y aura rien de bâti pour l'automne prochain. Le dossier traîne en longueur. Normalement, fin janvier [la commission scolaire] décide de ce qui va arriver pour les jeunes pour l'année suivante. Les familles ici veulent conserver leurs enfants à l'école de Saint-Pie. Pas question d'envoyer nos élèves ailleurs. »
Pour l'année scolaire en cours, l'école au Coeur-des-Monts compte près de 500 élèves. La commission scolaire de Saint-Hyacinthe prévoit qu'une soixantaine d'étudiants s'ajouteront au cours des trois prochaines années, avait indiqué en entrevue Sagette Gagnon, responsable des communications pour l'organisation. Advenant que l'initiative de la Ville ne voie pas le jour, les jeunes pourraient être déplacés vers un autre établissement d'enseignement situé à 20 kilomètres à la ronde, avait-elle mentionné.
Selon le directeur général de la municipalité, Claude Gratton, la fenêtre pour réaliser le projet à temps pour la rentrée scolaire est « très mince ». « Quand on arrivera en février, je ne sais pas comment on pourrait [agrandir] l'école à temps pour septembre. Il y a aussi des demandes de subventions à faire. Mais on ne peut pas bouger parce qu'on n'a pas de projet concret », a-t-il clamé.
Litige
La municipalité planche sur un projet d'agrandissement de 8000 pieds carrés. L'aire de stationnement attenante au centre sportif, située à l'angle de la rue Panet et de l'avenue Garneau, serait utilisée pour ériger le bâtiment. Outre l'aménagement du nouveau centre communautaire dans l'immeuble, la Ville envisage également d'y rapatrier la bibliothèque municipale. Saint-Pie mise sur l'aide financière de Québec pour boucler le budget, estimé à 1,2 M$.
À l'origine, la commission scolaire avait résolu de céder à la Ville le « fonds de terrain », d'une valeur estimée à 53 000 $. Or, un litige perdure entre la commission scolaire et la Fabrique de l'église Saint-Pie à propos du titre de propriété du terrain en question. La Ville a confirmé au journal que le lot global (incluant le site de l'école) n'a pas été subdivisé : sa superficie est de 86 735,59 pieds carrés et sa valeur est de 172 400 $, selon le rôle d'évaluation foncière en vigueur.
Nouvelle offre
Le président de la Fabrique, Pierre Renaud, a soutenu en entrevue avoir offert initialement « le printemps dernier » à la commission scolaire de lui vendre le site complet pour 137 000 $, en vain. Depuis, les négociations font du surplace, a dit l'homme d'affaires.
« C'est certain que le terrain appartient à la Fabrique. La commission scolaire pense qu'elle a des droits [usufruit] sur le site parce que ça fait longtemps que [l'école et le centre sportif] ont été construits dessus. »
« J'envoie une offre aujourd'hui [mercredi] à la Ville et à la commission scolaire pour vendre 8000 pieds carrés. S'ils refusent, il n'y a plus d'options. Je ne me mettrai pas à étirer [les négociations] sur des mois encore. Il faut que ça aboutisse. [...] On est de bonne foi dans tout ça. On ne peut pas se permettre de donner le terrain et dire ensuite aux paroissiens qu'on doit faire des quêtes parce qu'on manque d'argent », a-t-il poursuivi, indiquant que le montant demandé est « d'un peu plus de 50 000 $ ».
La responsable des communications à la commission scolaire, Hélène Dumais, a confirmé que les pourparlers au sujet de « l'éclaircissement du titre » sont toujours en cours entre les deux parties, refusant de commenter davantage le dossier.
Le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre.
Des options à l'étude?
Mario St-Pierre se questionne sur les options que pourrait envisager la commission scolaire pour éviter qu'une partie des élèves de Saint-Pie soient redirigés vers une autre école. « C'est dommage de tenir les parents dans l'incertitude. Est-ce que la commission scolaire va faire installer des roulottes temporaires pour accueillir les jeunes ? Est-ce qu'ils vont agrandir [l'école] par l'intérieur ? On n'est pas vraiment tenus au courant du dossier », a-t-il déploré. 
De son côté, le DG a une « petite piste ». « J'ai su qu'avant les fêtes, [la commission scolaire] était en train de mesurer les locaux de l'école, a-t-il évoqué. Est-ce qu'ils veulent, avec les gymnases, revoir certaines utilisations ? Ce doit être une option. »
Appelée à parler des développements en ce qui concerne l'avenir des élèves pour la rentrée, la responsable des communications de la commission scolaire, Hélène Dumais est demeurée évasive.
« Si on n'a pas d'évolution dans le dossier d'ici la fin janvier, il y aura des analyses et des propositions faites au conseil des commissaires. [...] Du côté des services éducatifs, il y a une évaluation des options qui est en train de se faire, mais c'est vraiment trop prématuré pour parler de tout ça », a-t-elle dit, refusant d'infirmer ou de confirmer qu'une option d'aménagement de nouveaux locaux à même l'école est à l'étude.