Le conseil municipal de Saint-Joachim-de-Shefford s’engage à céder au futur centre de la petite enfance un terrain d’environ­ 6700 mètres carrés, situé sur le 1er Rang Ouest entre l’ancienne mairie et le cimetière.

Saint-Joachim: un CPE pour l’automne 2021

Le maire et le conseil municipal de Saint-Joachim-de-Shefford pourraient bientôt crier victoire. Après avoir planché depuis 2011 sur un projet de centre de la petite enfance, une telle installation de 39 places devrait être érigée dans le parc des loisirs, à côté de l’ancienne mairie... dix ans plus tard, à l’automne 2021.

« Je suis confiant qu’avant la fin de 2021, on aura un CPE chez nous », assure René Beauregard, maire de Saint-Joachim-de-Shefford. Celui-ci souligne qu’il n’a jamais abandonné ce projet, malgré vents et marées, car « c’était un besoin » pour la communauté.

Le maire souligne d’ailleurs que Saint-Joachim-de-Shefford est la seule municipalité de la MRC de La Haute-Yamaska à ne pas avoir de CPE sur son territoire.

Nouvelles règles

Depuis l’élection de la Coalition avenir Québec au gouvernement en octobre 2018, les astres semblent alignés pour que le projet se concrétise.

À son arrivée au pouvoir, « la CAQ a dit qu’ils allaient accélérer la création de nouvelles places en garderie », rappelle Josée Charette, directrice générale du centre de la petite enfance Rayons de Soleil, qui pilote le dossier de la future installation dans la municipalité.

De nouvelles règles mises en place par le gouvernement de la CAQ permettent aux porteurs de projet de CPE d’en financer la moitié par une institution financière, ce que le précédent gouvernement libéral ne permettait pas, indique Mme Charette.

« [À l’époque des libéraux], on a essayé fort avec René Beauregard de trouver des investisseurs, mais ça n’a pas fonctionné », se souvient-elle.

L’autre 50 % du financement est assumé par le ministère de la Famille du Québec. Une demande de subvention provinciale a été envoyée en ce sens le 26 septembre par la direction du CPE Rayons de Soleil. « On m’a dit au ministère que j’aurai une réponse d’ici 30 jours », indique la DG.

Il ne manque donc plus grand-chose avant de passer à l’étape de l’appel d’offres. En effet, les démarches parallèles auprès d’une institution financière vont également bon train.

Celle qui chapeaute actuellement deux CPE à Roxton Pond et Sainte-Cécile-de-Milton, chacun de 62 places, se dit « très confiante » que ce projet — évalué à un million de dollars — ira de l’avant.

Appui de la municipalité

Pour sa part, le conseil municipal de Saint-Joachim-de-Shefford s’est engagé, lors de la séance du conseil du 8 octobre, à contribuer au projet, tel que le demande le gouvernement du Québec.

Il cédera ainsi au futur CPE un terrain d’environ 6700 mètres carrés, situé sur le 1er Rang Ouest entre l’ancienne mairie et le cimetière.

La municipalité permettra également au CPE d’avoir accès à l’eau potable du puits desservant actuellement la salle des loisirs et la coop Au coeur du village.

Une fois réalisé, le CPE permettra l’embauche de six éducatrices et d’une directrice adjointe.

« Nous nous engageons à prioriser les enfants provenant de milieux défavorisés et les enfants handicapés », annonce Mme Charette, ajoutant que tous les enfants sont les bienvenus.

Le maire Beauregard voit finalement ce projet de longue haleine tout près d’être enfin réalisé : « Cela fait partir des choses que je voulais que le conseil réalise, c’est de quoi que j’avais beaucoup à cœur. »