L'école secondaire Paul-Germain-Ostiguy de Saint-Césaire (photo) fait l'objet d'une demande d'agrandissement de la commission scolaire des Hautes-Rivières.
L'école secondaire Paul-Germain-Ostiguy de Saint-Césaire (photo) fait l'objet d'une demande d'agrandissement de la commission scolaire des Hautes-Rivières.

Saint-Césaire: l'école Paul-Germain-Ostiguy appelée à grandir

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
L’espace manque dans les écoles secondaires du centre de la Montérégie et Saint-Césaire n’y échappe pas.

À la lumière des projections démographiques, la commission scolaire des Hautes-Rivières a déposé une demande d’agrandissement pour l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy (PGO), qui accueille présentement 627 élèves.

Dans cinq ans, elle prévoit que ce nombre augmentera à 854, alors que sa capacité est de 744 élèves.

« On est déjà très serrés et nos chiffres démontrent qu’il y aura plusieurs élèves de plus au cours des prochaines années », indique Dominique Lachapelle, directrice générale de la commission scolaire basée à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Saint-Césaire n’est pas la seule municipalité où des Hautes-Rivières a des besoins d’expansion : les secteurs de Marieville et Saint-Jean-sur-Richelieu sont également visés.

Dans ces cas, on ne parle pas d’agrandissement, mais bien de deux nouvelles écoles secondaires. L’une serait bâtie à Marieville, Richelieu ou Saint-Mathias-sur-Richelieu et l’autre à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Un nouveau centre de formation professionnelle et d’éducation aux adultes est également projeté dans cette ville.

Portrait

Dans un souci de bien faire connaître ses besoins et dans un souci de travailler de concert avec les villes, une rencontre entre représentants de la commission scolaire, des municipalités et des députés concernés a eu lieu le 29 janvier dernier.

« On leur a montré le portrait par rapport à la pénurie d’espace, dit Mme Lachapelle. On veut faire ça en collaboration avec l’ensemble de la communauté. »

Il est d’usage qu’une municipalité cède un terrain afin de permettre à une commission scolaire de demander ensuite la somme nécessaire à Québec en vue d’un agrandissement ou d’une construction. 

Une école secondaire coûte près de 60 M $ et un centre de formation professionnelle et d’éducation aux adultes, environ 50 M $.

Des Hautes-Rivières veut aussi bâtir des infrastructures que les municipalités pourront aussi utiliser « afin de créer des milieux de vie où la communauté sera présente », dit la DG. 

À Saint-Césaire, par exemple, la bibliothèque de l’école PGO sert également de bibliothèque municipale.

Améliorations

L’agrandissement prévu dans cette ville s’annonce relativement simple puisque la commission scolaire est déjà propriétaire d’un terrain contigu à l’école secondaire de la rue Saint-Paul.

« On savait que ça s’en venait [NB : l’augmentation de clientèle] », dit Mme Lachapelle. L’école primaire Saint-Vincent de Saint-Césaire a déjà fait l’objet d’un agrandissement en 2016-2017. 

À LIRE AUSSI: Agrandissement de l'école Saint-Vincent: le processus enclenché

Compte tenu des délais d’attente, d’autorisation, de planification et de construction, l’agrandissement de PGO n’est toutefois pas prévu avant 2022.

D’ici là, l’utilisation d’unités modulaires et la location d’espace pourraient permettre d’accueillir davantage d’élèves. Des « améliorations au bâtiment » pour qu’il soit « plus convivial » sont également envisagées, mais non précisées.

« On veut prendre le temps de rencontrer le personnel et la direction afin de répondre aux besoins, dit Dominique Lachapelle. On fait toujours ça en équipe avec l’ensemble du personnel. »

Dans le secteur de Marieville, des Hautes-Rivières est en attente de confirmation pour un terrain.