Constructions Picard pourra donc aménager une station-service de huit pompes à essence en bordure de la route 112, tout juste devant la succursale de la Banque Nationale. Un Dollarama, de même qu’une franchise de la chaîne A&W, s’amèneront également au village.

Saint-Césaire: le projet commercial ira de l’avant

À peine trois voix ont scellé l’avenir de l’important projet commercial envisagé à Saint-Césaire et pour lequel un changement de zonage était nécessaire.

En tout, 141 personnes se sont présentées pour voter au référendum, tenu dimanche entre 10 h et 20 h au complexe sportif de la municipalité et portant sur la modification au règlement de zonage qui permettrait l’usage d’une station-service à l’angle de la rue de l’Horizon et de la route 112. Deux votes ont été rejetés ; 71 étaient en faveur du changement de zonage, 68 étaient contre. 

Constructions Picard pourra donc aménager une station-service de huit pompes à essence en bordure de la route 112, tout juste devant la succursale de la Banque Nationale. 

Un Dollarama, de même qu’une franchise de la chaîne A & W, s’amèneront également au village. 

Le projet représente des investissements de l’ordre de quatre millions de dollars et permettrait la création de plus d’une cinquantaine d’emplois, en plus d’amener plusieurs dizaines de milliers de dollars en taxes dans les coffres de la municipalité chaque année.

« Les citoyens ont parlé »

« C’était relativement très serré. Je ne m’attendais pas à autre chose », a commenté le maire Guy Benjamin, quelques instants après le dévoilement des résultats.

« Le conseil de ville est satisfait. C’est un beau projet qui contribuera à la revitalisation de Saint-Césaire », a-t-il ajouté.

Comme environ 440 citoyens étaient habilités à voter au référendum, puisqu’ils demeurent dans la zone concernée ou dans une zone y étant contigüe, ces 141 voix représentent un taux de participation de 32 %. 

Une participation qui a agréablement surpris le maire Benjamin. « J’aurais pensé que moins de gens se seraient déplacés. Je m’attendais à un taux plus bas, comme aux élections municipales », a-t-il fait savoir.

Par la voix de leur avocat Me Marc-Antoine Cloutier, les promoteurs — les frères Francis- et Louis-Jasmin Picard — ont exprimé leur satisfaction à l’égard du résultat du référendum. 

« C’est toujours difficile de faire sortir le vote. En général, les gens qui s’opposent au projet vont se mobiliser davantage. C’est donc une très bonne nouvelle et ça démontre que les gens de Saint-Césaire sont en faveur de notre projet », a-t-il commenté.

Opposant au projet et instigateur du site Station Non, Alain Généreux s’est dit déçu de l’issue du scrutin, qu’il accepte toutefois avec sérénité. 

« La Ville et le promoteur ont bien vendu le projet. Le plus important, c’est qu’il y a eu un processus démocratique. Les citoyens ont parlé », a fait valoir le copropriétaire des terrains sur lesquels se trouve entre autres une station Ultramar, à quelques centaines de mètres du site du futur développement.

M. Généreux estime avoir contribué au débat en partageant des informations qui auront permis aux votants de faire un choix éclairé. 

Sur son site, il faisait valoir que l’ajout d’une quatrième station-service ne ferait pas diminuer le prix de l’essence et que l’arrivée de ce commerce empirerait la problématique de la circulation automobile dans le centre-ville de Saint-Césaire, en plus de polluer un terrain non contaminé situé à proximité d’un cours d’eau. Il soutenait également que l’impact financier du projet serait minime pour la municipalité.

L’homme d’affaires se dit tout de même « content » que le tout se réalise et conçoit que l’arrivée de nouveaux commerces aura des retombées positives pour les citoyens. « Je n’ai jamais été totalement contre, mais j’aurais préféré que le projet amène quelque chose de nouveau à Saint-Césaire et qui aurait eu le potentiel d’attirer autre chose par la suite », a noté celui qui croit toujours que le projet aurait pu être viable sans station-service.

Circulation et construction

Comme ils s’étaient engagés à le faire lors de l’assemblée publique d’information sur le projet, mardi dernier, la Ville et les promoteurs tenteront de trouver des solutions à la problématique de transport lourd dans ce secteur, qui avait été soulevée par des citoyens.

« Il y avait des inquiétudes par rapport à la circulation sur les rues Cécile et Nadeau. La Ville va travailler avec les promoteurs pour trouver des solutions », a indiqué le maire Benjamin.

Une information corroborée par Me Cloutier. « Nos clients se sont engagés à financer et à collaborer à une étude de circulation pour évaluer la situation de camionnage qui a été abordée la semaine dernière, a-t-il fait savoir. Nous pourrons ensuite déterminer des solutions à appliquer. »

Selon l’avocat, maintenant que Picard Constructions a obtenu la bénédiction des citoyens pour aller de l’avant, les travaux devraient aller « assez rapidement ». 

« On va laisser le temps à l’hiver de s’en aller, mais dès que ce sera possible, on va commencer à creuser », a expliqué Me Cloutier. 

La construction des commerces devrait donc s’amorcer au début du printemps et s’échelonner sur six à huit mois, a finalement précisé le procureur.