Deux entreprises ont répondu à l’appel avec deux propositions chacune. Celles-ci ont été affichées sur l’un des murs du gymnase du complexe sportif, démontre Guy Patenaude, directeur du service des loisirs de Saint-Césaire.

Saint-Césaire : les jeunes se prononcent sur le futur skatepark

Saint-Césaire tient sa promesse : il y aura un skatepark dans la cour de l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy à la rentrée. Afin de retenir l’installation qui conviendra le mieux à leurs besoins, la Ville a invité ses élèves à se prononcer sur la question, jeudi.

Ainsi, les élèves de la quatrième à la sixième année du primaire de l’école Saint-Vincent et ceux fréquentant l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy ont été conviés au complexe sportif de Saint-Césaire, entre 9 h et 19 h 30, afin de voter pour l’une ou l’autre des quatre esquisses retenues.

Ces centaines d’élèves césairois ont été invités via leur école, avant la fin de l’année scolaire ; une invitation a également été placée sur Facebook, indique Guy Patenaude, directeur du service des loisirs de la municipalité.

« On aurait pu procéder sans les consulter, mais on trouvait ça important d’impliquer les jeunes, étant donné qu’ils ont réclamé un skatepark », explique-t-il.

L’idée d’aménager un skatepark à Saint-Césaire remonte en effet à l’an dernier, quand un groupe de jeunes s’est présenté à des séances du conseil municipal pour demander l’installation d’une telle infrastructure dans leur municipalité. Une pétition avait également été acheminée aux élus.

Soumissions
Trois entreprises ont été invitées à soumettre des plans d’aménagement pour la future infrastructure, qui mesurera environ 100 pieds par 30 pieds. Deux d’entre elles, Tessier Récréo-parc de Nicolet et Simexco de Sainte-Julie, ont répondu à l’appel avec deux propositions chacune. Celles-ci ont été affichées de façon anonyme sur l’un des murs du gymnase du complexe sportif.

À quelques différences près, les propositions comportent sensiblement les mêmes obstacles d’une esquisse à l’autre. La disposition de ceux-ci modifie la fluidité du parcours et c’est notamment ce qui pourrait influencer la préférence des jeunes.

Le choix de son emplacement a également été déterminé. La municipalité a choisi d’installer le nouveau skatepark là où se situait l’ancienne infrastructure, dans la cour de l’école secondaire.

La municipalité dispose d’un budget de 70 000 $ pour réaliser le projet. Cette dépense a été ajoutée au plan triennal d’immobilisations de la municipalité pour 2018, déposé en décembre dernier.

L’issue du vote sera prise en compte pour l’évaluation globale du comité d’experts sur le sujet, qui sera notamment composé de représentants de la municipalité et des deux écoles, d’au moins un citoyen et d’un membre de la firme BC2, qui a fait réaliser les devis techniques.

Le contrat pour réaliser le planchodrome sera pour sa part octroyé lors de la séance ordinaire du conseil municipal du 10 juillet. Les travaux devraient commencer au plus tard à la mi-août afin que l’aménagement de l’infrastructure soit terminé au 31 août.

La suite appartiendra aux jeunes planchistes de la municipalité. « On aimerait bien animer l’endroit pour que les jeunes y développent un sentiment d’appartenance », explique M. Patenaude.