Le dossier de la rue des Écoliers à Granby, où certaines résidences ont fait l'objet de travaux sans avoir toutes les autorisations nécessaires, continue à faire des vagues.

Rue des Écoliers à Granby: «On se sent comme des voyous»

Les élus de Granby ont-ils réagi trop fortement dans le dossier de la rue des Écoliers, où certains travaux ont été réalisés sur des maisons sans avoir tous les permis nécessaires ? C'est ce que croit l'entrepreneur en construction Clément Robert. Mais le maire Pascal Bonin maintient sa position.
« Pour une entreprise qui a généré des investissements de plus de 25 millions $, sans compter les retombées économiques ainsi que les revenus récurrents, je ne suis pas heureux du traitement que vous avez réservé à notre entreprise. On se sent comme des voyous », déclare M. Robert, de l'entreprise de construction qui porte son nom, dans une lettre publiée ce samedi en page 19 de la section Opinions.
Lors de la dernière séance régulière du conseil municipal, les élus ont accepté de régulariser la situation de plusieurs maisons de la rue des Écoliers, où certains travaux ont été réalisés par Constructions Clément­ Robert et Construction Éric Laflamme sans avoir toutes les autorisations requises. Les entrepreneurs pourraient toutefois être passibles d'une amende. La construction de ces résidences est encadrée de façon plus serrée par le comité consultatif d'urbanisme (CCU) de la Ville, alors qu'elles sont soumises à un Plan d'intégration et d'implantation architecturale (PIIA). 
Les travaux reprochés ? Avoir fermé le dessous des balcons, ajouté une fenêtre, modifié le revêtement latéral ou aménagé un muret de pierres entre deux propriétés.
« Il ne faudra pas se surprendre au niveau des développeurs. Il y aura quelqu'un qui ira cogner à leur porte pour leur rappeler l'ordre. (...) On va laisser les services juridiques faire leurs choses. Mais il y aura une action portée par la Ville. Ça ne passera pas comme ça », a notamment commenté le maire, Pascal Bonin. 
Le dossier n'a pas été finalisé, mais l'émission de constats d'infraction est analysée, a affirmé cette semaine la directrice adjointe des services juridiques à la Ville de Granby, Me Marlène Painchaud. 
Spectacle 
Clément Robert fait valoir que les permis nécessaires ont été demandés et reçus pour les résidences de la rue des Écoliers. Et les constructions ont été réalisées selon les plans « à quelques détails près », dit-il. 
« Si je demande au commun des mortels s'il y a une différence entre le projet présenté dans son ensemble et le résultat final, la réponse est claire : c'est 100 % représentatif et c'est pour cette principale raison que le CCU a accepté nos demandes de modifications », déclare M. Robert par écrit. « Vous, chers élus, vous êtes allés davantage du côté du spectacle, vous ne vous êtes pas posé ces questions pour vous positionner », ajoute-t-il. 
Le directeur des ventes chez Constructions Clément Robert, Alain Généreux, affirme qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé. D'autres entrepreneurs en construction doivent aussi faire des demandes pour régulariser la situation de certaines maisons, une fois la construction terminée. « Avec les PIIA, ça devient presque impossible de faire à 100 % ce qu'il y a sur les plans. Il y a tellement de règles », déplore-t-il. 
Bonne nouvelle 
Informé de la teneur de la lettre de M. Robert, le maire, Pascal Bonin, a commencé par rappeler vendredi que son bureau « est toujours ouvert » aux entrepreneurs, développeurs, commerçants­ et autres industriels. 
Mais dans le cas présent, il ne faut pas oublier « l'ampleur » de ce qui a été fait, croit-il. « Quand on se trompe de couleur sur une enseigne, c'est une chose. Et personne ne va s'en offusquer. Mais quand on se trompe à répétition, la mesure doit être différente. Je rappelle que le PIIA n'a pas été respecté et que des travaux qui ne font pas partie du PIIA ont été faits », dit M. Bonin. 
Ce dernier juge par ailleurs que la lettre ouverte de Clément Robert est « une maudite bonne nouvelle pour les citoyens de Granby ». « Ça veut dire que l'UPAC et le copinage entre les politiciens, les développeurs et les entrepreneurs sont loin de Granby. C'est une bonne nouvelle d'avoir un maire et un conseil municipal capables de se tenir debout et de prendre des décisions pour les citoyens », laisse tomber Pascal Bonin. 
Fermer le dessous d'un balcon est-il un manquement si grave ? « Ça fait partie du PIIA. On veut étirer la règle. Mais elle était connue d'avance », renchérit le maire.