À terme, ce sont plus de mille foyers de plus répartis dans les huit municipalités du territoire qui pourront bénéficier de la future connexion haute vitesse dans Rouville, estime-t-on.
À terme, ce sont plus de mille foyers de plus répartis dans les huit municipalités du territoire qui pourront bénéficier de la future connexion haute vitesse dans Rouville, estime-t-on.

Rouville branchée à Internet haute vitesse d’ici 2022

D’ici deux ans tout au plus, la totalité du territoire de la MRC de Rouville sera enfin desservie par Internet haute vitesse. Le déploiement de ce service aura cours d’ici les prochains mois après que le gouvernement du Québec ait retenu un projet soumis au programme Régions branchées.

Rappelons que deux projets distincts pour brancher Rouville avaient été présentés au programme provincial, qui dispose d’une enveloppe de 100 millions de dollars pour le déploiement de la connexion haute vitesse dans des secteurs ciblés puisqu’ils sont mal desservis. Le gouvernement financera jusqu’à 70% des dépenses admissibles.

C’est la candidature de Vidéotron qui l’a emporté devant celle de IHR Télécom. Ce faisant, l’entreprise procédera au cours des prochains mois au relevé sur le terrain et aux analyses des infrastructures en place. Elle y implantera ensuite les siennes, au besoin, pour s’assurer de desservir l’ensemble du territoire de Rouville. À la MRC, on mentionnait plus tôt cette année que la fibre optique qui devrait permettre la desserte pourrait plutôt transiter par les installations actuellement en place.

La nouvelle tombe à point, estiment les élus de Rouville qui se réjouissent de la nouvelle dans un communiqué.

« Cette nouvelle est plus que bienvenue en ce moment. Nous sommes dans une période où plusieurs de nos citoyens sont en télétravail, où des étudiants ont besoin d’Internet pour suivre des cours en ligne, où les habitudes de consommation d’Internet sont modifiées et où les problématiques d’accès à un réseau fiable et de qualité sont difficilement acceptables. Enfin, notre population pourra avoir accès à un service de qualité 100 % desservi par un réseau haute vitesse conforme, même en milieu rural », a commenté le préfet de la MRC Jacques Ladouceur.

Malheureusement, ceux qui ont besoin d’une meilleure connexion dans l’immédiat devront attendre étant donné que l’entente signée entre Vidéotron et Québec prévoit que la desserte devra être opérationnelle dans sa totalité d’ici juin 2022.

«Juin 2022, ou même l'automne 2022, c'est la toute fin du projet, rappelle M. Ladouceur dans une entrevue téléphonique. Ils vont brancher la population au fur et à mesure que la connexion sera disponible.»

Un réel besoin

À terme, ce seront 1044 foyers répartis dans les huit municipalités de Rouville qui n’étaient pas desservis qui pourront bénéficier de ces nouveaux raccordements, a fait savoir la MRC, qui avait préalablement entrepris de documenter les zones où la couverture est faible ou inexistante sur son territoire.

Une étude réalisée en 2018 par la firme Gestion de projets numériques Lysix avait permis de conclure que la couverture Internet dans la région était déficiente et qu’il était difficile de dresser un portrait fidèle de la situation, notamment parce que les fournisseurs de services ont refusé de fournir leur carte de couverture de réseau et que les données détenues par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) étaient incomplètes.

Il était ressorti de l’étude, en recoupant les informations obtenues avec une recherche par codes postaux, que certains des principaux fournisseurs indiquaient publiquement desservir certains rangs et rues du territoire alors que ceux-ci n’avaient pas réellement accès à une connexion haute vitesse. En superposant les données des tests de vitesse effectués sur le terrain par les répondants au sondage, la firme a constaté que l’accès réel à Internet haute vitesse était de loin inférieur à celui que décrit le CRTC.

En dehors des noyaux plus urbains de la MRC, la couverture haute vitesse est actuellement quasi inexistante, particulièrement dans certains secteurs ruraux, indique l’étude, et ce, malgré son appartenance partielle à la Communauté métropolitaine de Montréal et sa proximité de grands centres.

« Ce n’est pas parce qu’on est proches qu’on est bien desservis. Dans notre MRC, on peut voir Montréal, même le Stade olympique, mais il y a des endroits où on n’a pas encore accès à Internet ! » illustrait d’ailleurs le préfet Ladouceur plus tôt cette année.

À la MRC, on est toutefois d’avis que l’arrivée d’une connexion haute vitesse sur tout le territoire permettra à Rouville de poursuivre et d’accentuer son développement économique, notamment en attirant de nouveaux résidents et de nouvelles entreprises en son enceinte.

« Afin d’assurer la compétitivité de nos entreprises ainsi que de nos fermes et inciter les jeunes familles à s’établir en milieu rural, nous devons à tout prix offrir un accès à des infrastructures numériques de qualité. Enfin, nous sommes arrivés à ce jour et nous sommes prêts pour les prochaines étapes! » s’est réjoui la directrice générale de l’organisation, Mme Anne-Marie Dion.

Dès le début des travaux et jusqu’à leur complétion, Vidéotron dédiera un centre d’appel à la population et aux entreprises rouvilloises qui auraient des questions sur le processus ou qui souhaiteraient en connaître l’avancement. Il sera aussi possible de s’inscrire à une liste d’attente pour être branché chez le fournisseur aussitôt le déploiement complété. Il suffira de composer le 1-833-905-2004.

Un total de 66 projets dans la province ont été retenus dans le cadre du programme Régions branchées.