Le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, souhaite que le ministère des Transports du Québec pose des actions concrètes pour sécuriser l’intersection de la route 235 et du boulevard Daniel-Johnson.

Route 235 à Saint-Pie: le MTQ pointé du doigt

La mort tragique de Réjean Guillet, un motocycliste de Saint-Paul-d’Abbotsford happé par un camion 53 pieds après qu’il ait heurté une voiture à Saint-Pie, ramène à l’avant-plan les demandes répétées de la Ville pour réduire la vitesse permise sur la route 235 et pour sécuriser l’intersection avec le boulevard Daniel-Johnson.

« Le matin et le soir, à l’heure de pointe, il y a beaucoup de trafic. Sur la 235, la vitesse est assez rapide et c’est plus ou moins sécuritaire, affirme le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, en entrevue. Quand tu veux t’engager sur le boulevard, c’est dangereux. Il faut que tu sois très vigilant. Oui, il y a une voie d’évitement, mais les gens suivent de près et il y a des incidents malheureux qui arrivent. »

La croissance démographique et l’augmentation du nombre de travailleurs dans le quartier industriel bordant la route 235 ont contribué à la hausse du débit de la circulation et aux risques d’accident que décrient les représentants de Saint-Pie.

À la demande de citoyens et des industriels, la Ville avait effectué des démarches auprès du MTQ en 2014, peu après l’élection du maire Mario St-Pierre, qui entamait alors son premier mandat. Le conseil précédant avait aussi fait des demandes au ministère, en vain, indique M. St-Pierre.

Lors d’une rencontre avec des représentants du MTQ, en novembre 2014, le maire et le directeur général, Claude Gratton, avaient alors demandé que la limite de vitesse sur la route 235 soit réduite et passe de 90 km/h à 70 km/h à partir boulevard Daniel-Johnson, où a eu lieu l’accident mortel de mardi, jusqu’après le rang de la Presqu’île. Cette démarche avait pour but de prévenir un éventuel drame... qui est finalement survenu.

« Les gens du MTQ, durant la rencontre, nous parlaient de statistiques, de pourcentage, de morts, se souvient M. St-Pierre. C’est de valeur à dire, mais c’est ça. Il n’y a rien qui s’est fait, même pas de clignotant. À tout le moins, il aurait pu y avoir un clignotant. Ça prend un accident pour peut-être faire bouger les choses. »

Depuis qu’il est le premier magistrat de la municipalité, il y a déjà eu des accidents à cette intersection, mais aucun d’aussi grave que le décès du motocycliste, mardi soir.

La députée aussi
En mars 2018, le dossier est revenu à la table du conseil, cette fois à l’initiative de la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy. Les élus ont accepté d’appuyer, par résolution, les démarches de Mme Soucy dans l’espoir que le ministère des Transports du Québec accepte de sécuriser l’intersection.

« L’ajout d’un feu de ralentissement pourrait s’avérer nécessaire dans ce secteur dont l’achalandage augmente d’année en année », écrivait Mme Soucy dans sa correspondance avec le directeur général de la Montérégie au MTQ, dont l’extrait est publié dans la résolution du conseil municipal.

Est-ce que les demandes de la députée caquiste ont été entendues ? Mario St-Pierre ne croit pas. « Elle nous l’aurait communiqué. »

Il ne nous a pas été possible de parler à Mme Soucy, mercredi, pour savoir où en était le dossier avant le déclenchement de la campagne électorale.

« Si ça marche au pourcentage, la moyenne vient d’augmenter, laisse-t-il tomber. Ça serait le temps qu’ils y voient, nos fonctionnaires, pour faire une intersection sécuritaire. »

Plus au sud
Un autre problème sur la route 235 avait été signalé au MTQ en 2014. « Le pont Daniel-Johnson comporte une problématique à cause du dénivellement de la chaussée, explique le directeur général de Saint-Pie, Claude Gratton, par courriel. Certains véhicules doivent arrêter pour tourner à gauche sur Émileville, bloquant ainsi le flux de la circulation. Il s’agit d’un autre endroit où des collisions ont déjà eu lieu, même s’il y a sur place un clignotant. »

« Le pont cache un peu, renchérit Mario St-Pierre. Il y a un clignotant à cette intersection-là, mais quand on va vers St-Paul, on ne le voit pas bien. C’est pour ça qu’on demandait une baisse de la vitesse à 70 km/h. »

Réjean Guillet, qui a perdu la vie dans un accident de motocyclette, était très engagé dans la communauté de Saint-Paul-d’Abbotsford.

«ON PERD UN GROS MORCEAU»

La communauté de St-Paul-­d’Abbotsford a perdu un concitoyen aimé de tous. Réjean Guillet, l’homme âgé de 59 ans ayant succombé à ses blessures à Saint-Pie, mardi, était un ancien conseiller municipal.

M. Guillet a occupé ces fonctions durant deux mandats. Lors des dernières élections municipales, il a choisi de ne pas faire campagne pour laisser la place à Mario Larochelle. 

« Je l’ai nommé tout de suite au CCU [comité consultatif d’urbanisme] parce qu’il voulait continuer à s’impliquer dans la vie municipale, raconte le maire Robert Vyncke. Ça en dit long sur le type d’homme qu’il est. Réjean est un homme de réconciliation, un homme qui n’aime pas le conflit et qui cherche la paix, qui est très engagé dans sa communauté et au service de sa communauté. On perd un gros morceau. Il aimait les gens et les gens l’aimaient. »

M. Vyncke a appris mercredi matin, comme plusieurs, que le motocycliste décédé la veille sur la route 235 était M. Guillet. 

Ses collègues conseillers de même que les gens à l’hôtel de ville sont sous le choc, dit-il. Il ne doute pas que la douleur est vive pour sa famille. 

Communauté bouleversée

« Ça a bouleversé notre communauté. Les gens étaient sous le choc. C’est arrivé subitement. Il aimait beaucoup la moto. Avec sa femme Yvonne, ils se promenaient tout en douceur. Il n’aimait pas la vitesse, il était très sécuritaire dans sa conduite », poursuit le maire, qui tient à faire savoir à la famille endeuillée que la municipalité la supporte dans l’épreuve.

M. Vyncke prépare d’ailleurs un mot en la mémoire du défunt qui paraîtra en septembre.

La Sûreté du Québec enquête. Une inspection mécanique sera réalisée sur la voiture, sur la motocyclette ainsi que sur le poids lourd.

Avec Karine Blanchard