Tôt samedi matin, plus d’une centaine de cyclistes amateurs ont pris part au tour Roulez pour vivre, organisé en partenariat­ avec la Fondation du centre hospitalier de Granby.

Roulez pour vivre: soulager les enfants en détresse respiratoire

Le tour Roulez pour vivre, en partenariat avec la Fondation du Centre hospitalier de Granby, a permis d’amasser 16 020 $. L’argent servira à financer l’achat de deux appareils servant à fournir de l’oxygène aux enfants en détresse respiratoire.

Tôt samedi matin, plus d’une centaine de cyclistes amateurs s’apprêtaient à prendre part à la seconde édition du tour Roulez pour vivre, organisé en partenariat avec la Fondation du centre hospitalier de Granby (CHG).

« Dès la première inscription, c’est un succès pour nous, assure l’instigateur du tour, Michel Lussier. Ce qu’on souhaite, c’est que les gens reviennent d’année en année et qu’ils aient du plaisir. On veut être un événement accessible et c’est pour ça que l’inscription n’est pas dispendieuse. »

Une vision que partage également la directrice générale de la Fondation, Suzanne Surette. « Notre objectif premier, ce n’est pas l’argent mais c’est de voir les gens s’impliquer et être mobilisés », assure-t-elle.

La totalité des coûts d’inscription est remise à la fondation du CHG.

Les participants au tour cycliste pouvaient choisir entre deux parcours de 100 et de 70 kilomètres. Le départ se faisait de l’école secondaire du Verbe Divin en autobus en direction des municipalités de Yamaska et de Saint-Hugues.

Ce tour, initié il y a sept ans dans le but initial de venir en aide aux jeunes adultes de 18-35 ans atteints du cancer, a ajouté ce deuxième événement sportif de septembre, depuis un an. Ainsi, en mai dernier, un peu plus de 14 000 $ avaient été remis à la fondation Louis-Philippe Janvier, à l’origine de l’événement.

Présidence d’honneur

Parmi les habitués du tour se trouvait le ministre des Transports et député de Granby, François Bonnardel, qui a accepté d’être le président d’honneur de l’événement, de même que la pédiatre Gabrielle St-Maurice. « Ça me fait plaisir de donner un coup de pouce à la fondation. C’est une belle cause, mais c’est également une belle journée familiale », souligne-t-il.

Docteure St-Maurice insiste également sur l’importance de l’événement. « L’achat de lunettes à haut débit nasal pour la pédiatrie pour les enfants en détresse respiratoire permettra d’éviter certains transferts médicaux. Pour l’instant, on partage l’équipement avec la clientèle adulte, donc dans la haute saison de l’hiver ces appareils sont très sollicités. Ces derniers sont très dispendieux et on prévoit en acheter deux », précise-t-elle.