Les hausses de valeur sont plus marquées dans les nouveaux secteurs de la Ville, tout particulièrement pour les maisons jumelées.

Rôle d’évaluation triennal à Granby: une hausse de 5,2 %

La valeur des propriétés à Granby continue à grimper. Mais la hausse est beaucoup plus modérée qu’au cours des deux dernières décennies. Le nouveau rôle d’évaluation triennal déposé par la Ville présente une hausse moyenne des valeurs de 5,2 %.

Il s’agit de l’augmentation la plus timide, comparativement aux dépôts des précédents rôles d’évaluation. Les Granbyens ont dû composer avec une hausse moyenne des valeurs de 8 % en 2016 et en 2013, de 18,5 % en 2010, de 31 % en 2007 et de 12,4 % en 2004.

« Le marché s’était enflammé. Mais il tend à se stabiliser. C’est un peu partout pareil », a commenté lundi la directrice du service d’évaluation à la Ville de Granby, Chantal Leduc.

Le nouveau rôle sera en vigueur pour les années 2019, 2020 et 2021. Il s’appuie sur les transactions immobilières réalisées au 1er juillet 2017. Nouveauté cette année, selon Mme Leduc : les nouvelles valeurs inscrites au rôle peuvent déjà être consultées sur le site web de la Ville, sous la fiche personnalisée des propriétés, disponible sous l’onglet « évaluation ».

Les jumelés
De façon générale, le secteur résidentiel a connu une hausse de 4,5 %, mais le pourcentage varie selon le type des propriétés. Si les résidences unifamiliales ont augmenté de 3,7 %, le marché des condos est beaucoup moins actif, avec une hausse de 1,2 %. Autres données : le marché des immeubles locatifs continue à bien se porter, avec une hausse des valeurs de 8,8 % pour les duplex et les triplex, de 2,1 % pour les quatre et cinq logis, de 7,6 % pour les 6 à 19 logements et de 4,4 % pour les 20 logements et plus.

Selon Chantal Leduc, les hausses sont un peu plus marquées dans les nouveaux secteurs de la Ville, notamment dans les développements des Terres Miner, des Boisés Martel ainsi que les Jardins de l’Odyssée, et tout particulièrement pour les maisons jumelées.

À la lumière de ces nouvelles données, la valeur moyenne des résidences unifamiliales à Granby grimpe à 244 000 $, contrairement à 234 000 $ lors du dernier rôle, a noté Mme Leduc.

Même si la hausse est moins marquée qu’à l’occasion du dépôt des derniers rôles d’évaluation triennaux, la valeur des terrains vacants demeure par ailleurs vigoureuse, avec un bond de 12,7 %.

« C’est dans les secteurs non desservis [en services municipaux d’aqueduc et d’égout] et où la construction de multilogements est possible, dans les secteurs de haute densité, que ça a remonté », a précisé Chantal Leduc.

La valeur des terres agricoles a pour sa part enregistré une hausse de 16,2 %.

Le secteur industriel en hausse
La rareté des terrains et immeubles industriels est par ailleurs palpable dans le nouveau rôle d’évaluation triennal, alors que les valeurs ont augmenté de 10,2 %. « Lors du dernier rôle, il y avait des immeubles vacants. Ce qu’on ne voit pas actuellement », a souligné la directrice du service d’évaluation.

La situation est cependant toute autre dans le secteur commercial, où la hausse des valeurs est de 4,4 %. « C’est plus difficile pour le centre-ville. Le centre d’achat a aussi perdu Sears. Ce sont 116 000 pieds carrés vacants. Mais la situation va tendre à s’améliorer parce que le coin de la rue Dutilly est en train de se développer. De nouveaux programmes de revitalisation du centre-ville ont aussi été adoptés cette année », a fait valoir Mme Leduc.

Le nouveau rôle d’évaluation présente désormais des valeurs totales (imposables et non imposables) de 7,1 milliards de dollars.

«POUR QUE TOUT LE MONDE SOIT HEUREUX»

La Ville de Granby limitera-t-elle l’impact du nouveau rôle d’évaluation triennal en diminuant le taux de la taxe foncière, comme il y a trois ans ? Probablement, a laissé entendre lundi le conseiller municipal responsable des finances à la Ville, Jocelyn Dupuis. 

« On s’entend qu’on n’augmentera pas les gens de 5,2 % », a-t-il laissé tomber. 

Lors de l’adoption du budget 2018 de la Ville, il avait déjà été mentionné que les comptes de taxes augmenteraient de 2 % en 2019, malgré le dépôt du nouveau rôle d’évaluation triennal. 

Jocelyn Dupuis a toutefois préféré ne pas être aussi affirmatif lundi. Selon lui, le comité des finances travaille à l’élaboration du prochain budget de la Ville. « Et il doit être présenté au conseil municipal avant d’être divulgué publiquement », a-t-il précisé. 

Selon M. Dupuis, le budget est préparé en respectant le même cadre financier que celui que les élus se sont donné il y a quatre ans. Ce cadre prévoit notamment que les grosses hausses à la suite du dépôt d’un nouveau rôle sont terminées.  

« On a conscience qu’il y a une augmentation du rôle, qui est heureusement moindre que la dernière fois. C’est bon pour une ville, mais on a conscience que c’est très désagréable pour le citoyen qui a à endosser ça. On va travailler pour que tout le monde soit heureux », a affirmé Jocelyn Dupuis. 

Celui-ci a par ailleurs rappelé que le pourcentage de hausse des valeurs du rôle d’évaluation n’est pas déterminé de façon aléatoire par la Ville. Il est plutôt le reflet du marché immobilier.