Robert Désourdy veut que la Ville de Bromont achète les sommets des monts Horizon et Bernard pour en faire des parcs.

Robert Désourdy prône l'achat des sommets des monts Bernard et Horizon

La protection des sommets des monts Horizon et Bernard passe par leur désignation comme parc, croit Robert Désourdy. Il propose que la Ville de Bromont en fasse l'acquisition avec l'aide financière des gouvernements fédéral et provincial. Son frère Charles, président de Ski Bromont et promoteur du développement résidentiel projeté dans ces montagnes, n'adhère nullement à cette vision ces choses.
Robert Désourdy ignore combien valent les terrains qui composent les deux sommets. Une évaluation indépendante pourrait le déterminer, dit-il. «La Ville pourrait les acheter à leur valeur marchande. Avec les subventions des gouvernements, chacun un tiers, ça représenterait une fraction d'argent quand on pense à ce que la Ville obtiendrait en retour, la protection de deux joyaux naturels.»
L'ex-maire de Bromont n'en démord pas. Les deux monts ne peuvent plus accueillir de maisons. La dernière phase du projet immobilier du Val-des-Irlandais, le Val 7, a vu des maisons être érigées à près de 400 mètres d'altitude. C'est suffisant, dit-il pointant au fait que leur sommet est à de 450 et 475 mètres de hauteur. «On nous dit qu'il n'y aura pas de maisons sur les sommets. Mais qu'est-ce qu'un sommet? Est-ce que c'est seulement le point le plus élevé ou est-ce la dernière section de la montagne selon sa hauteur? Là il ne reste même plus 100 mètres. C'est assez.»
Le conseil municipal, croit-il, doit imposer un moratoire sur le projet immobilier Val 8, qui prévoit la construction de 45 maisons, le temps d'étudier toutes les options. «Le slogan de Tourisme Bromont est de "'Prendre le temps"'. C'est ce que le conseil devrait faire.»
Tous les détails dans notre édition de samedi