La Régie intermunicipale de gestion des matières résiduelles de Brome-Missisquoi agrandira son site de compostage. Un projet évalué à 12M$.

RIGMRBM: Québec octroie 4M$ pour une plateforme de compostage

Le gouvernement provincial a annoncé mardi une subvention de 4M$ pour l’agrandissement du site de compostage de la Régie intermunicipale des matières résiduelles de Brome-Missisquoi (RIGMRBM), situé à Cowansville. Le chantier, dont le budget avoisine 12 M$, est en cours. Les premières matières y seront traitées dès la fin septembre.

Le projet est en branle depuis quelques années déjà. La Régie a analysé ses options avant de trancher. «On a analysé la biométhanisation. Et on revenait toujours à un problème de volume. Ce qui nous a amenés à regarder la plateforme de compostage à retournement d’andains. Ce n’est pas la méthode la plus économique, mais c’est celle qui s’adaptait le mieux à notre région», a indiqué le président de la RIGMRBM et maire de Bedford, Yves Lévesque.

En fait, le projet découle de nouvelles normes environnementales. « Comme les municipalités doivent satisfaire à l’exigence gouvernementale de détourner les matières organiques de l’enfouissement d’ici 2020, il devenait impératif que la Régie se dote d’infrastructures pour recevoir et traiter ces matières», a fait valoir M. Lévesque. 

Québec octroie donc une aide financière d’un peu plus de 4M$ via le Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage, lié au Fonds vert. La ministre responsable de la Montérégie, Lucie Charlebois, en a fait l’annonce mardi au nom de son homologue à l’Environnement, Isabelle Melançon.

Volume

Les travaux sur le vaste site de la Régie ont été lancés il y a quelques jours, a mentionné M. Lévesque. «C’est un gros chantier. On croit tout de même être en mesure de le compléter assez rapidement», a-t-il précisé. 

«L’installation à aire ouverte et sous abri comportera des aires étanches de réception, de conditionnement des intrants, de compostage et de tamisage du compost. Une aire destinée à l’entreposage du compost mature et des modifications au système de traitement des eaux usées du lieu d’enfouissement technique voisin sont également prévues», explique-t-on du côté du ministère de l’Environnement.

Cette option fut principalement retenue en raison du volume de matières résiduelles insuffisant à traiter pour choisir le procédé de biométhanisation, a indiqué M. Lévesque. De fait, les résidus organiques commerciaux, industriels et résidentiels de 36 municipalités des MRC de Brome-Missisquoi, de Memphrémagog, de La Haute-Yamaska et du Haut-Richelieu y seront compostés. On parle notamment de 12 000 tonnes provenant des bacs bruns des ménages. Avec le traitement des boues des stations d’épuration des eaux de Farnham et de Cowansville, la nouvelle plateforme devrait traiter 18 000 tonnes de matières «d’ici cinq ans», a fait valoir le président de la Régie.

À court terme, l’organisation ne prévoit pas tirer de revenus du compost fini, qui sera principalement distribué dans les municipalités affiliées à la Régie puis aux citoyens. Selon la qualité du compost, d’autres débouchés sont envisagés, entre autres auprès d’agriculteurs.